Armons-nous !

La situation se détériore à une vitesse qui défie toute imagination. Ainsi, la Providence nous apprend l’humilité en nous montrant combien les plans humains sont fugaces, et combien leurs visions sont fragiles et éphémères ! Qui aurait cru, moi le premier, que les contradictions intrinsèques de la Révolution et de la République, aujourd’hui généralisées à toute la planète, se seraient concrétisées aussi visiblement et sensiblement pour un si grand nombre pour la petite épidémie que nous avons connu ?

Je réaffirme ici tout le contenu de la campagne royale qui fut écrite il y a 5 ou 6 ans, avant même les attentats de Nice, à une époque où personne ne pouvait imaginer les chamboulements que nous voyons aujourd’hui. Quand je pense que ma famille et mes amis se riaient de moi, à cette époque pas si lointaine, quand j’affirmais certes, sans doute avec trop de morgue, mea culpa ! que les mauvais principes attireraient sur nous un courroux inimaginable, et que c’est pourquoi il fallait rompre avec le mal de façon complète et absolue, et retourner à Dieu et au Roi !

Cela est encore plus vrai aujourd’hui, car les nuages s’amoncellent sur nous, et l’orage a déjà éclaté. À vue humaine, il y aura de grands dégâts, quel miracle pourrait-il nous éviter les conséquences de tous les crimes de ces dernières décennies, crime contre la vérité, contre la nature, contre la morale ? Nous autres, catholiques et légitimistes, à l’imitation de Jésus-Christ et de nos Rois, dont Louis XVI a incarné toute la force dans son sacrifice, nous ne refuserons pas la Croix promise par Notre Seigneur, et nous paierons de nos existences pour laver les crimes et demander la clémence céleste pour notre pays !

En attendant, nous ne sommes pas prophètes. La situation se dégrade à grande vitesse. Et rien de bon ne semble se profiler à l’horizon. Il faut donc se préparer tranquillement au pire. Sans s’affoler. Dans la douce confiance en la Providence, dans la fermeté que donne la Foi et les bons principes politiques. Alors nous appelons tous les bons sujets du Roi à s’armer, spirituellement et matériellement ! Il faut se préparer à se battre, comme nos aïeux d’antan, comme sainte Jeanne d’Arc, comme les chevaliers chrétiens, appuyés par la prière et ne dédaignant pas la force ni la violence, mais seulement quand elle est nécessaire.

Pour pouvoir affronter le tsunami de violence qui s’annonce, pour pouvoir résister, pour pouvoir montrer la voie, il nous fait être forts ! Nous ne devons pas avoir peur d’être forts, tant que la force est mise au service de la justice et de la vérité ! Car la force est aujourd’hui une violence utilisée pour toutes les fins, sauf les bonnes, et monopolisées par des tyrans en herbe. Nous ne nous laisserons pas massacrer sans réagir ! Nous servirons Dieu et le Roi, comme nos ancêtres, pour le Royaume et Jésus-Christ !

Concrètement, que faire ? Avec réalisme et prudence, armons-nous :

Armons-nous spirituellement : croissons dans la prière et dans l’étude de la Parole sainte, puis dans la glorieuse histoire de France. Imprégnons-nous de tous les bons principes et pratiquons-les toujours plus, dans la douceur, mais avec fermeté et intransigeance. Nourrissons-nous des sacrements et de la sagesse des anciens, pratiquons de bonnes œuvres… Si nous nous armons spirituellement, nous aurons déjà tout gagné, car nous serons capables de subir le martyre quand la persécution arrivera, or le martyre est la semence des chrétiens et le restaurateur de l’ordre véritable. Alors, nous serons capables de tenir bon quoi qu’il arrive !

Armons-nous socialement : en nous appuyant les uns sur les autres. Nous ne devons pas rester seuls, il nous faut recréer de petits monastères dans nos familles, dans nos paroisses, avec nos amis. Nous sommes pêcheurs et faibles, sans notre propre prière et celle des autres, sans l’appui d’un conseil des prudents, nous sommes perdus d’avance. Idéalement, rassemblons-nous autour d’un bon prêtre et d’un bon seigneur, chargé d’agir politiquement (dans le bon sens du terme, c’est-à-dire servir le bien commun, agir moralement dans la société…). Il nous faut les deux car le bon prêtre est rarement un bon seigneur, tandis qu’un seigneur sans prêtre se transformerait rapidement en un Bonaparte ou en un autre tyran païen. Si nous sommes armés socialement, nous pourrons protéger les faibles et les nécessiteux, leur fournir l’aide et le refuge dans les affres de la guerre qui s’annonce quelle que soit sa forme.

Armons-nous matériellement : procurons-nous des bases territoriales, des citadelles physiques, suffisamment autosuffisantes pour devenir de véritables points de résistance imprenables. Après la citadelle spirituelle, et la citadelle sociale, les citadelles physiques ne seront pas du luxe. Nous devons nous donner les moyens de la restauration ! Apprenons aussi à nous battre, et apprenons à nos enfants à se battre : arts martiaux, fortification du corps, usage d’armes de poing, expérience militaire… Quand la nécessité sera là, s’il faut, par un grand malheur, user de la force pour une cause juste, sachons l’user bien et avec efficacité pour épargner le plus de vies possible, pour convertir et protéger le plus de personnes possibles. Nous nous adressons aux hommes, bien sûr, mais aux femmes aussi, chacun devant combattre selon ses capacités et sa vocation. Si l’on ne peut se battre, on peut toutefois œuvrer au combat d’un millier de façons !

Soyons la milice du Christ ! Soyons la milice du roi ! Ne comptons jamais sur la fausse paix républicaine, qui mène à ce que nous avons devant nous… Soyons prêts à répondre à l’appel du Roi, le jour venu. Notre devoir n’est pas de nous agiter, mais de nous préparer calmement, mais sûrement, discrètement, sans s’étaler, pour agir avec force pas forcément avec éclat et efficacité le jour venu.

Paul-Raymond du Lac

Pour Dieu, pour le Roi, pour la France !


Illustration : photographie du reliquaire de saint Évrard de Frioul (+869), miles Christi, gendre de l’empereur Louis le Pieux, en l’église paroissiale de Cysoing, en Flandre lilloise.


La série « Campagne royale », signée Paul-Raymond du Lac, est composée de quatre cycles, couronnés par le manifeste pour la restauration royale : Les principes restaurateurs ; Les conditions préalables [à la restauration] ; Les fondements de l’action ; et Place à l’action. Les intitulés des articles sont les suivants :

Haut les cœurs ! Manifeste pour la restauration royale

► Les principes restaurateurs :

    1. La voie royale
    2. Soyons de bons et exemplaires sujets, des ministres entreprenants, des chevaliers zélés : premier pas vers la Restauration
    3. Sortons de toute logique d’appareil et de parti !
    4. Abandonnons toute velléité démocratique !
    5. Agissons en tant que sujets quitte à désobéir, en toute courtoisie, aux lois iniques
    6. Réinvestissons la res publica
    7. Soyons naturellement des régnicoles de la France éternelle
    8. Voyons loin, très loin : croissons et multiplions !

Les conditions préalables :

    1. Réunissons le trône et l’autel
    2. Liguons les royautés de par le monde !
    3. Unissons la famille royale

Les fondements de l’action :

    1. La Restauration intégrale. Exaltons la liturgie royale traditionnelle !
    2. La Restauration spirituelle. Rappelons la nécessité du Sacre !
    3. La Restauration réelle. Fondons le gouvernement royal pour la Restauration !
    4. La Restauration pragmatique. Restaurons les finances royales par l’impôt volontaire !
    5. La Restauration combattante. Formons une armée royale !

Place à l’action : Investissons le pays réel selon nos possibilités

    1. Envahissons la place publique via l’élection démissionnaire !
    2. Mettons le roi sur le trône !
    3. Assimilons les réfractaires !
    4. Armons-nous !

En pratique :

3 réflexions sur “Armons-nous !

  • 28 septembre 2020 à 09:44
    Permalien

    Assurément, nul n’est besoin de subir passivement, mais notre guerre est aussi sainte que la leur.

    Répondre
  • 29 septembre 2020 à 12:16
    Permalien

    Notre guerre est plus sainte que la leur, et même seule la nôtre est véritablement sainte !

    Répondre
  • 19 octobre 2020 à 12:41
    Permalien

    Il faut attendre d’être plus nombreux et quand le jour sera là : la nouvelle guerre de Vendée débutera !
    Vive Dieu et le Roi !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.