Honorons nos soldats mais… Soyez des alter-rege !

Manifeste à nos soldats !

Des militaires meurent au combat. Honorons-les. Ils incarnent tous les jours dans ce monde si dégradé et enlaidi par la révolution et la modernité, les vertus militaires, et chrétiennes de l’obéissance, de l’humilité et surtout de l’esprit de sacrifice.

Nous avons le sacerdoce de nos hommes en noir, les prêtres, qui apportent salutairement la grâce de Jésus-Christ et la contradiction au monde, déjà simplement par leur habit qui signifie bien ce qu’ils sont : des alter christus ayant sacrifié tous les bonheurs terrestres légitimes pour se consacrer exclusivement au soin des âmes afin de se donner comme instruments au service de l’œuvre divine, spécialement dans le sacrifice du Christ renouvelé tous les jours sur les autels. (je ne parle pas des autres abbés qui ne portent plus la soutane, car soient ils porteront le noir à nouveau, soit défroqueront, pour l’instant ils ne comptent pour rien).

Nous avons ensuite le sacerdoce de nos hommes en vert, les militaires, qui témoignent dans ce monde atomisé de toutes les valeurs de l’ancien temps, toutes ces vertus naturelles préparant les vertus surnaturelles, ou plutôt étant le socle nécessaire des vertus surnaturelles, car la surnature ne fait que sanctifier la nature. Le bras séculier de la propagation de la foi par les vertus traditionnelles. C’est logique que le gaucho n’aime pas l’armée, qu’il doit pourtant bien supporter pour ne pas subir un coup d’état plus révolutionnaire que lui-même, mais bref… La réalité (la nature) a toujours le dernier.

Un commentateur quelque peu emporté par le dépit pourrait dire : « Notons simplement la situation assez paradoxale – c’est un euphémisme – de nos militaires qui croient servir la France (soyons juste, ils l’ont servi et la servent encore en partie, par chance et par hasard parfois) quand ils ne sont que les chiens dociles d’un pouvoir révolutionnaire cause intrinsèque de désordres ; ils ne sont, hélas, que les bras armés  des traîtres à la patrie – tous ces républicains fieffés -, et en définitive les dindons de la farce qui meurent au combat pour permettre à une population rendue tarée par des décennies d’empoisonnement moderniste de continuer à se vautrer dans tous les hédonismes et les plaisirs démocratiques que même la Rome décadente ne connaissait pas.

Je dois avouer que j’ai du mal à comprendre comment je pourrais, en tant que militaire, accepter de servir ces « gouvernements », non seulement incapables, mais surtout les suppôts de la République, intrinsèquement destructrice de la France. Oh, un ordre, une mission peut, par hasard se révéler juste et bon, mais rien ne change dans l’ensemble et sur le fond. Comment servir la France en servant en pratique l’anti-France ? Nos armées ont certainement la volonté de servir la France, mais ils ne le peuvent pas, et ne le font pas, à leur corps défendant bien entendu. »

C’est une arnaque de dire de servir la France en restant soumis à la République. Un sophisme à la limite. On ne sert pas la France si ce n’est à travers ceux qui l’incarnent : les gouvernants incarnent-ils la France ? Non, ils incarnent la République. Et demain, même si un véritable amoureux de la France deviendrait président, il servirait quand même en fin de compte la République anti-française s’il n’a pas la volonté de se débarrasser du régime, car la logique révolutionnaire ne pourra que l’emporter comme le prouve à loisir l’histoire des deux derniers siècles.

Alors militaires, vous voulez vraiment servir la France ? Server celui qui l’incarne : son Roi et la famille de France. Servez votre Roi et vous servirez la France.

Inversement, vous pouvez croire servir la France, mais tant que cela reste abstrait, c’est une illusion dramatique qui vous conduit à sacrifier vos vies pour pas grand-chose… C’est triste mais c’est la réalité.

Votre vocation est plus qu’essentielle, elle est un sacerdoce. Alors ne le gâchez-pas. Les prêtres sont des alter-christus, soyez des alter-rege !

Antoine Michel

Pour Dieu, pour le Roi, Pour la France

4 pensées sur “Honorons nos soldats mais… Soyez des alter-rege !

  • 9 décembre 2019 à 08:26
    Permalink

    Dans le cas où, comme l’écrit M. Michel, ceux qui nous gouvernent …? servent la république, ou la RIPOUblique, encore plus au dédain de la population, nous en voyons les effets en ce moment, n’avons-nous pas le DEVOIR de désobéissance envers ces gens-là ? Dieu peut-il nous faire grâce du respect que nous leur… devons ? En raison du leur envers nous ???

    Répondre
  • 16 janvier 2020 à 08:25
    Permalink

    J’ignore quel est le nombre que nous formons à penser que des opérations comme Barkhane ou toute autre en quelque pays que ce soit, hors de chez nous est inutile. Déjà, une vingtaine ou une trentaine de nos soldats y ont laissé inutilement leur vie. On va combattre dans des endroits différents de des nôtres: autres cultures, autres civilisations, autres façons de penser, pour des raisons qui nous dépassent; que faisons-nous là-bas, pourquoi y meure-t-on ? Et je ne parle pas des principes républicains iniques qui sont censés inspirer de tels combats !!!!

    Répondre
    • 25 janvier 2020 à 22:48
      Permalink

      Constat qui enfonce un peu des portes ouvertes, mais se finit en queue de poisson, sans apporter de proposition de réponse ou d’ouverture. « Et donc ? », serait-on tenté de répondre. Que tous les soldats droits dans leurs bottes quittent l’institution, et la laissent aux carriéristes, ou pire, à ceux qui ne cherchent qu’à détruire ce refuge de vertus naturelles évoquées dans l’article ? Pour faire quoi, après ? Accélérer le naufrage ? Créer une milice, lancer une guerre civile ? Permettez-moi d’avoir un léger doute….

      C’est oublier que Lyautey, grand légitimiste, a écrit son « Rôle social de l’officier » justement pour insister sur le rôle fondamental de l’armée en matière de transmission des valeurs. La conscription est suspendue depuis 20 ans, mais les problèmes restent les mêmes. La jeunesse qui fait ce choix splendide de s’engager est une jeunesse en quête de valeurs, recherchant un cadre, et à laquelle on inculque une façon de se tenir, un amour de la France (la République n’apparaît nulle part dans le code du soldat). Autant de choses qui permettent, jour après jour, de diffuser, lentement certes, un état d’esprit à cette jeunesse ardente, même si les contrats sont courts. Il est donc au contraire primordial que l’armée soit largement irriguée par des soldats à l’esprit droit, qui touchent de près, chaque jour, les difficultés du Français lambda. En rayonnant, ils touchent non seulement tous ceux qu’ils côtoient, mais également les familles et les proches de ceux-ci. En matière d’apostolat, c’est quand même plus utile que de rejouer l’abandon du « Titanic »…. Saints Maurice, Sébastien, Martin, et tous les autres, en savent quelque chose.

      Répondre
      • 30 janvier 2020 à 12:42
        Permalink

        Mon cher Pierre,
        en tant qu’officier (de réserve sous contrat) je dois dire que je partage tout à fait votre analyse et ne saurait naturellement me considérer un traitre à la France… Sachant que si la ripoublique ne fait pas partie du Code du soldat, on se souviendra par ailleurs qu’à la différence de nos camarades américains ou encore italiens, il n’existe, meme pour les officiers, pas de prestation de serment de fidélité à la ripoublique mais une simple présentation au drapeau de la formation d’appartenance (dans les écoles) puis une reconnaissance de commandement….

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.