[Un émigré en France] « C’est obligatoire » et paganisation de la société

Que ce soit amis un peu gênés par mon intransigeance ou divers contrôleurs ou nécessiteux des transports en commun, l’argument choc que l’on sort à tout bout de chant pour me faire mettre le « bâillon », comme l’appelle le bon créateur de cette revue et cher ami, était la suivante « c’est obligatoire ».

N’était-il pas « interdit d’interdire » pour cette même génération il y a peu ? Passons sur ces contradictions car il ne serait pas juste de demander de la cohérence à des gens usant d’une idéologie d’autant plus erronée qu’elle peut en fait justifier toute lubie…

Quoi qu’il en soit, l’argument est d’une pauvreté manifeste : « c’est obligatoire ». « C’est encore obligatoire », mais demain cela ne le sera plus, cela est officiel…alors pourquoi encore nous embêter ? L’esprit d’une telle décision, s’il y avait encore une once de sens commun chez nos dirigeants -ce qui n’est pas le cas évidemment- serait « lâchez leur la grappe, cela n’est plus nécessaire ».

Nous savons évidemment bien que cela fait longtemps maintenant que ces mesures totalitaires sont déconnectées de toute réalité et servent pour un asservissement progressif mais rapide et soutenu de la population au moloch républicain 3.0.

 

Le « c’est obligatoire » revient surtout dans la bouche non pas seulement des persécuteurs ou des « dépositaires » de « l’autorité » illégitime à la républicaine – une autorité pourtant niée frontalement dans ses principes par cette même République égalitaire et démocratique, mais jamais dans ses effets les plus massifs d’une soumission aveugle et demandée sans cesse à la populace, comme si cette non-autorité, cette gouvernance, prenait les plus durs aspects de l’autorité en ayant supprimer tous ses effets bienfaisants…- mais aussi dans la bouche du persécuté lambda, qui, terrorisé par les menaces répétées et constantes de la Gueuse et des néo-jacobins républicains, ne peut plus discerner ce qui est bon ou non et obéit aux injonctions des monstres au pouvoir…

 

Il ne s’agit plus de réfléchir à la fin des lois et des décisions, nous en revenons à un simple volontarisme, « le souverain a voulu alors que cela soit », sans limites, sans loi supérieure, sans le Dieu unique évidemment, mais sans mêmes dieux ni augures, juste une gouvernance molle bien plus terrifiante que le pire des tyrans puisque sans visage et sans incarnation.

 

Une fois rentré dans la logique du « c’est obligatoire », c’est fini, la société est redevenue païenne : seul compte la conformité -mot bien à la mode en entreprise moderne aussi, et ce n’est pas pour rien…-, la correspondance formelle à la loi positive, expression d’une volonté sans aucune loi supérieure, sans limite, sans principes de réalité. En gros, on peut faire n’importe quoi, tant que c’est conforme… et en pratique ils font n’importe quoi, une fantaisie au mieux, un plan satanique pour certains : enfermer les gens chez eux, créer des laissez-passer, piquer toute une population, créer des règles ubuesques, tuer des bébés pour sauver des pingouins…

Pire : quand les gens ne se rendent même plus compte qu’ils ne sont que conforme à la loi injuste, pour éviter d’être ostraciser, et devenir des néo-intouchables impurs – car l’homme est social, et il déteste par-dessus tout se retrouver seul, quoi que puisse rêver un Rousseau et quoi qu’affirme éhontément l’erreur de l’individualisme – alors, nous touchons le fond sans possibilité de restauration sans un écroulement général provoqué par le choc à la réalité…

 

Que le bon roi revienne vite, lui, très chrétien, absolu car indépendant de toute pression, mais soumis aux lois de Dieu, de l’Église et à la loi naturelle, dans l’esprit chrétien de service, car chef, de ses sujets !

 

J’ai l’impression de me retrouver au Japon où le païen ne comprend pas et répète sans réfléchir « c’est la règle », avec cette différence qu’au Japon, grâce au démantèlement par les américains de l’État, rien n’est obligatoire et donc on peut louvoyer sans tomber dans l’illégalité… mais pas en république.

 

Pour Dieu, pour la France, pour le Roi 

Paul de Beaulias

Une réflexion sur “[Un émigré en France] « C’est obligatoire » et paganisation de la société

  • 27 juin 2022 à 18h12
    Permalien

    Le japon a un souverain qui est empereur, c’est peut etre bien cela qui fait la difference.
    Petit rappel,
    Ce fut bien l’empereur du Japon qui contre ses generaux qui malgre Hiroschima et Nagasaki arreta immediatement la spirale infernale en demandant l’armistice aux belligerants adverses ,
    Cela explique sans doute cette liberté sans doute excessive mais enfin comme partout, dans le Monde, Nous savons qu’a une heure connu de Lui c’est Notre Seigneur Christ Roi des Nations qui imposera Son Joug si doux a tous.
    Quand les Nations comprendront qu’en reprenant ou prenant des institutions et lois en conformité avec le proto-commandement et le Decalogue Divins et en abrogeant celles qui leurs sont contraires, viendra alors ce temps se Paix promis par la Tres Sainte Vierge Marie
    Mais pour cela il nous faut nous chretiens avoir la devotion aux cinq premiers samedi du mois qu’elle demandee en sus de la Consecration à Son Coeur Douloureux et Immaculé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.