La poule, la balance et la République, par François des Millets

Si l’on recherche les deux époques de leur histoire où les Français ont été les plus heureux, on ne trouve ni les « trente glorieuses » de la république, ni l’Empire, et encore moins la Révolution. Si l’on recherche les deux époques pendant lesquelles les Français ont été les plus heureux, on trouve les deux règnes de Saint Louis[1] et d’Henri IV[2]. Celui de la justice et celui de la croissance économique.

En tous cas, on ne trouve pas la situation actuelle, tant le mécontentement de nos concitoyens est fort et croissant depuis de trop longues années[3]. Car la république égalitaire est injuste avec la France et, non contente de ne pas remplir l’assiette des Français, elle la vide. La République a tué la poule et brisé la balance, les deux ressorts du bonheur des Français. Et depuis, ils sont malheureux[4].

La république a tué la poule

Un chiffre, un seul, connu de toutes et de tous, par ailleurs absolument abyssal, suffit à la démonstration : celui de la dette de la république : 2 589 468 800 000 euros[5]. Ce chiffre représente, au passage et à l’heure où ces lignes sont écrites, la somme effarante de € 40.587 par habitant et de € 81.175 par ménage !!!

Voici ce que la république doit aux Françaises et aux Français. 2 589 milliards d’euros et des tombereaux, voilà ce que doit la république par sa faute et son incompétence à ses créanciers dont, par ailleurs, la moitié au moins est constituée d’étrangers sans que cela ne lui pose aucun problème en terme de souveraineté. D’ailleurs comment peut-il y avoir de souveraineté sans souverain ?

Plus que le constat, connu de nous, ce qu’il faut rechercher, c’est la cause de cet abysse soigneusement creusé, années après années, dans les richesses de notre si beau pays, masquant d’un voile d’obscurité ses splendeurs éternelles. Cette cause, il faut la rechercher dans la forme très particulière du capitalisme d’État[6] que pratique la république. Capitalisme d’État, oui, vous avez bien lu. Voilà qui a bien des relents connus d’économie dirigée, de communisme désastreux et de collectivisme dangereux et forcené, je vous le confirme.

En France, l’économie est placée dans la main de l’État. Oh ! Certes, pas directement. Pas de manière aussi grossière qu’aux temps maudits de l’Union soviétique dont la fin annoncée s’amorça avec le cataclysme mondial de Tchernobyl[7]. Mais de manière plus subtile[8].

La république forme, tout d’abord, les dirigeants de toutes les grandes entreprises (qu’elles soient publiques ou privées) à l’aune de son réseau de grandes écoles : Sciences-Po, l’Institut du Service Public (ENA) et l’ENS[9]. Issue des classes préparatoires, territoire des fonctionnaires agrégés de l’enseignement républicain, cette élite est ensuite biberonnée aux fumeuses théories des Lumières et bercée au plan absurde de la thèse, immédiatement contredite par l’antithèse, pour finalement s’achever par la conclusion absconse de la thèse et « en même temps » de l’antithèse, consistant bien à affirmer comme vrai tout et le contraire de tout. Pour finir, soumise et endogame, elle s’apprête à sévir dans les plus hautes sphères de la république qu’elles soient politiques ou économiques, passant tranquillement de l’une à l’autre et de l’autre à l’une, au gré des vanités, au gré des toquades[10].

Faussement convaincue que la qualité pour être chef est la culture générale[11], la république a usiné des générations d’esprits hors sol, complétement déconnectées de la réalité au point d’être capables de concevoir des trains qui ne rentrent pas dans les gares[12] ou des billets de banque trop larges pour la fente des distributeurs automatiques du monde entier. Cela ne prêterait qu’à rire si ce n’était si grave.

Car non contents d’avoir bachoté, ingurgité des quintaux de fiches laborieusement gribouillées à la lueur tardive des lampes d’étudiants, au point de connaître jusqu’aux noms des réalisateurs, des principaux acteurs, les titres, les années de tournage de milliers de films sans en avoir vu aucun, des 246 variétés de fromages français plus tous ceux étrangers sans en avoir goûté aucun, de tous les vins d’ici et d’ailleurs sans en avoir humé un seul[13], ces apprentis sorciers mènent aujourd’hui la chasse, condamnent, excommunient et brûlent sur le bûcher tous ceux qui ne leur ressemblent pas, à commencer par  plus compétents qu’eux[14]… Il faut bien dire que cela n’est pas bien difficile. S’ils n’ont pas été soigneusement éliminés par le système « éducatif » auparavant[15].

Car, lorsque la république pousse soigneusement les surdoués français sur des voies de garage — ou dans les cabinets des psychiatres — au motif affirmé que, de toutes façons, ils échouent, la Chine, quant à elle, a mis en place un vaste plan de repérage et de formation des siens selon des méthodes révolutionnaires[16] Il y a plus de 40 ans déjà !

Sans doute est-il préférable, dans le pays des Lumières, que l’on ne réfléchisse pas trop… Des fois que, avec ou sans blouse, on assène des vérités qui dérangent. Par le passé, certains furent guillotinés pour moins que cela ! Aujourd’hui, c’est la pulvérisation sociale qui leur est infligée[17].

Ensuite, qu’une pandémie se déclenche et les énormités s’enchaînent : il n’y a plus de masque ? Ce n’est pas grave ! On leur dira qu’ils ne servent à rien. Ou pire, « vous savez quoi ? »[18], qu’ils ne savent pas s’en servir ! Et le reste à l’encan. Tout le monde s’en souvient. Inutile de le rappeler ! les exemples fourmillent.

Quoiqu’il en soit, le seul avantage de la crise de la covid-19 — car il y en a un — c’est d’avoir démontré que l’État républicain est un piètre entrepreneur doublé d’un exécrable gestionnaire et que le champ économique n’est pas fait pour lui ! La preuve en est la manière dont sont gérées les crises qui se succèdent depuis une quarantaine d’années dans notre pays.

Aveugles à la réalité mais ânonnant des théories suicidaires — à commencer par celle qui consiste à dire qu’en période de crise, l’État doit s’endetter pour relancer l’économie[19] —, ses dirigeants enfoncent de leur hauteur notre pays, chaque jour un peu plus, dans l’ornière du déclassement, précipitent un nombre de plus en plus important de nos concitoyens dans la misère et jettent leurs enfants dans les bras vénéneux du dragon chasing, de l’angel dust ou de la free base soit pour en prendre, soit pour en vendre, soit pour les deux[20]

Pauvre Stalingrad qui n’est plus, en substance, qu’une défaite dans le jaillissement des mortiers d’artifices[21].

Stalingrad ? Mais, au fait, qu’une guerre éclate sur notre sol — ce qui n’est exclu que par ces mêmes esprits emplis de fausses certitudes — et que ferons-nous ? Si notre énergie est italienne, notre train allemand et notre poste américaine… Imaginons, un seul instant, brutalement, notre pays dans l’obscurité totale, sans plus d’internet ni de communication ni de moyen de transport pour les troupes. Il ne faudra pas donner cher de nos peaux.

Il existe des monopoles économiques qui ont des vertus de souveraineté.

Mais peu importe ! Cela n’arrivera jamais !, répond la république. Dormez-tranquilles, Français, les républicains veillent !

Et pendant ce temps-là, en France, on égorge, on poignarde, on fusille, on massacre à coups de marteau, de barre de fer, de madrier, on viole, on violente en famille, on cambriole, on tabasse gratuitement comme jamais. Notre France, si douce, connaît une escalade de la violence sans précédent[22].

Et celle-ci n’est pas près de s’arrêter.

Car non contente d’avoir ruiné la France, la république, de surcroît, y a répandu l’injustice.

À suivre…

François des Millets


[1] Y. BENHAMOU, « Réflexions sur Saint Louis : « Roi justicier » et inventeur d’une justice moderne », Journal des sociétés, n°4, 14 janvier 2017.

[2] A. VERMES, « Henri IV un modèle de management », Capital, 30 avril 2018 (https://www.capital.fr/votre-carriere/henri-iv-un-modele-de-management-1285618).

[3] « Présidentielle : 61% des Français assurent dans un sondage qu’ils ne voteront pas Macron au 1er tour », Nice-Matin, 23 avril 2021 (https://www.nicematin.com/politique/presidentielle-61-des-francais-assurent-dans-un-sondage-quils-ne-voteront-pas-macron-au-1er-tour-674538).

[4] La France n’est qu’à la 21ème place des pays les plus heureux, loin derrière la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède, l’Autriche, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Voir Th. CHENEL, « Les 10 pays les plus heureux du monde », Business insider, 19 mars 2021 (https://www.businessinsider.fr/les-10-pays-les-plus-heureux-du-monde-186959#pas-de-grand-impact-de-la-pandemie)

[5] cf. https://www.dettepublique.fr

[6] D. BARBA, « Quand les fonctionnaires partent dans le privé : France 2 enquête sur le pantouflage », France Inter, 3 juin 2021.

[7] « Tchernobyl, le début de la fin de l’Union soviétique », Le Figaro, 26 avril 2006 (https://www.lefigaro.fr/debats/2006/04/26/01005-20060426ARTFIG90161-tchernobyl_le_debut_de_la_fin_de_l_union_sovietique.php).

[8] P. NGUYEN et C. Van APPELGHEM, « ENA… La puissance du réseau, un obstacle au contrôle du dirigeant aux effets délétères », Le Podcast Journal, 6 juin 2021 (https://www.podcastjournal.net/X-ENA-La-puissance-du-reseau-un-obstacle-au-controle-du-dirigeant-aux-effets-deleteres_a28423.html).

[9] Y. MONTENAY, « L’ENA, les grandes écoles et la formation des élites françaises », Contrepoints, 17 avril 2021, (https://www.contrepoints.org/2021/04/17/395513-lena-les-grandes-ecoles-et-la-formation-des-elites-francaises).

[10] « Passer de public au privé une autre façon de servir la France selon Alain Minc », France Info, 02 juin 2021 (https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/video-passer-du-public-au-prive-une-autre-facon-de-servir-la-france-selon-alain-minc_4646461.html).

[11] Voir C. de GAULLE, Le fil de l’épée et autres écrits, Paris, Plon, 1999, p . : « La véritable école du Commandement est donc la culture générale ». Si cela était vraiment le cas, ce n’est pas à la sortie des écoles que la république devrait recruter ses chefs mais bien sur les plateaux de télévision de l’émission Questions pour un champion !

[12] Th. OLIVEAU, « La SNCF commande des TER trop larges pour entrer en gare », Le Figaro, 20 mai 2014 (https://www.lefigaro.fr/societes/2014/05/20/20005-20140520ARTFIG00352-les-nouveaux-ter-trop-larges-pour-entrer-en-gare.php).

[13] L. QUILLET, « Oral de l’ENA : « le sens du service public doit primer sur la culture gé », Le Figaro, 13 juin 2013 (https://etudiant.lefigaro.fr/orientation/actus-et-conseils/detail/article/oral-de-l-ena-le-sens-du-service-public-doit-primer-sur-la-culture-ge-2136/).

[14] E. ZEMMOUR, « Le complotisme, ce mot des élites pour disqualifier toute critique », Le Figaro, 20 novembre 2020 (https://www.lefigaro.fr/vox/societe/eric-zemmour-le-complotisme-ce-mot-des-elites-pour-disqualifier-toute-critique-20201120).

[15] « PORTRAIT. Vivre sa vie d’adulte surdoué ou haut potentiel, pas toujours simple », France Info, 07 septembre 2020 (https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/marne/portrait-vivre-sa-vie-adulte-surdoue-haut-potentiel-pas-toujours-simple-1870238.html).

[16] « En Chine, une université pionnière pour les jeunes surdoués », Enfants Précoces Info, 15 octobre 2018 (https://www.enfantsprecoces.info/en-chine-une-universite-pionniere-pour-les-jeunes-surdoues).

[17] N. GUIBERT, « Le jour où Macron a « pulvérisé l’honneur du général de Villiers », Le Monde, 27 novembre 2018 (https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/11/27/ce-jour-ou-macron-a-pulverise-l-honneur-du-general-de-villiers_5389084_3232.html).

[18] « Masques « pas nécessaires » : Sibeth Ndiaye se défend de tout mensonge », Le Parisien, 23 juin 2020 (https://www.leparisien.fr/politique/masques-pas-necessaires-sibeth-ndiaye-se-defend-de-tout-mensonge-23-09-2020-8390193.php).

[19] M. TOUATI, « Plus de dette pour sortir de la crise du Covid-19 : panacée ou danger ? », Capital, 21 mars 2021 (https://www.capital.fr/economie-politique/plus-de-dette-pour-sortir-de-la-crise-du-covid-19-panacee-ou-danger-1397584).

[20] « La consommation de drogues en France », Alcool assistance (https://www.alcoolassistance.net/la-consommation-drogues-en-france).

[21] « Stalingrad : enquête ouverte à Paris après les tirs de mortiers d’artifice », HuffPost, 04 mai 2021 (https://www.huffingtonpost.fr/entry/stalingrad-enquete-ouverte-a-paris-apres-les-tirs-de-mortiers-dartifice_fr_60916ccee4b02e74d22c2b72).

[22] « France-Monde. Violences et insécurité : la côte d’alerte est atteinte », Tendance Ouest, 10 mai 2021.

2 réflexions sur “La poule, la balance et la République, par François des Millets

  • 9 juin 2021 à 12h27
    Permalien

    Monsieur des Millets, je viens de lire votre article qui est intéressant car tout est vrai !

    Cela dit, ne serait-il pas temps de passer à la vitesse supérieure ? Ne dit-on pas qu’il y a un temps pour tout ? Il y a un temps pour les discussions et c’est très bien, mais il y a aussi un temps pour l’action.

    Cela fait bien trop longtemps que cette maudite république, disons-le, existe. Bien trop longtemps qu’elle a pris le pouvoir sur TOUT ! Comme vous l’écrivez si bien, pour en revenir à cette (pseudo) crise de covid, je pense sincèrement que tout a été mis en place pour écraser notre pays. Cette crise est là pour une bonne raison et pas des moindres. La république totalitaire veut frapper fort et elle sait ce qu’elle fait. Cette république est le Diable en personne !

    Alors, allons-nous laisser le Diable remporter sa victoire ou allons-nous agir ? Il est plus que temps d’agir car ce temps nous file entre les doigts. Agir comment ? A nous de nous organiser, à nous de résister et de nous sacrifier si nécessaire. Pour ma part, je suis prêt.

    Répondre
  • 15 juin 2021 à 13h32
    Permalien

    Il faut se souvenir que notre monarchie millénaire est tombée aussi, et peut-être surtout, à cause de son incapacité à réguler les dépenses et les dettes de la couronne, et à établir un système fiscal juste et efficace.

    La Ferme générale, tant haïe par nos aïeux, est toujours existante, mais sous d’autres formes et d’autres noms…

    Sinon je rejoins tout à fait M. Jacovella ! et la première forme d’action que nous pouvons mettre en oeuvre, c’est prier !
    Et plus nombreux seront les priants, plus forte sera l’aide du Ciel !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.