Le chant du cygne de la révolution – Quand le diable se déchaine

 

La frénésie infernale et littéralement diabolique du gouvernement en République, certainement le fer de lance au niveau mondial de la révolution en cours – on peut se déclasser sur tous les plans de la puissance, mais au niveau de la puissance diabolique révolutionnaire, ne sous-estimons pas l’influence de nos initiés et autres sectateurs conscients ou inconscients du diable, au côté peut-être des états-unis et d’Israël – indiquent deux choses.

 

Ils se sentent d’abord puissant et gagnants, comme exaltés par une résistance ridicule et trop faible des justes. Nous avons laissé passer, depuis le début de cette révolution commanditée et planifiée, habilement maquillée en « crise sanitaire », toutes les mesures les plus folles de mis en esclavage (un peu comme un Voltaire qui jouit de taper sur le faible qui ne résiste pas, et moins il résiste plus il tape et devient cruellement diabolique). Cet acharnement sur le faible et cette jouissance diabolique révèlent toute l’horreur de leur cœur de révolutionnaire. C’est Satan qui se dévoile de plus en plus à l’approche de la Passion, sentant qu’il va gagner, alors même qu’il accélère sa défaite ultime, sans qu’il le sache.

 

Car oui, le diable révolutionnaire commet chaque jour de plus en plus d’erreurs énormes, et, si la Pravda 2.0, voir 3.0 ou plus, maintient l’omerta, ils ne font qu’empêcher que la vérité soit dite devant une réalité de plus en plus évidente que personne ne peut ignorer, mais les générations futures, pour eux, ce sera de grands enseignements, d’autant importants que la révolution est mondiale et concerne tout le monde.

 

Il est facile de mentir, mais les faits ne mentent pas : quand vous prenez des effets secondaires massifs pour vous vous être fait inoculer ce poison – là où, censé avoir attrapé le COVID vous n’avez rien eu -, quand vous avez des proches qui meurt le lendemain, ou la semaine qui suit l’injection du poison, vous pouvez faire semblant de ne pas le savoir, vous pouvez le garder pour vous, mais vous le savez.

Un peu comme les esclaves du communisme : tout le monde savait mais personne ne disait rien par peur, mais le jour où le système s’écroule, le retournement est brutal.

 

C’est d’ailleurs ici le second facteur d’explication de la férocité folle des révolutionnaires : ils craignent plus que tout ce retournement. C’est le diable qui, se voyant déjà gagnant, en supporte encore moins la moindre manifestation de vérité, d’indépendance, de justice ou d’actes désintéressés. Le juste, ne serait-ce que le sujet indépendant, lui devient insupportable.

En réalité, ils contrôlent la situation beaucoup moins qu’ils ne le croient : un Pr. Raoult, par exemple, certes persécutés, existe encore. Le jour où il sera assassiné (véritablement, ou légalement en le mettant en prison par exemple, ou, mieux, dans un asile de fou), là la révolution aura fait un pas supplémentaire car cela voudra dire qu’il épure à grande vitesse les éléments « traditionnels », dans le sens de normalement intouchable, de l’ancien système. Une épuration géante en somme. Nous prions pour que le Pr. Raoult se convertisse au plus vite et ouvre les yeux sur le fond de ce qui se passe, et nous prions pour le salut de son âme et sa sécurité : car il est aujourd’hui une des personnes les plus gênantes pour les révolutionnaires ; le Pr.Raoult ne s’est jamais renié, il est un ponte mondialement reconnu, avec sa carrière derrière lui donc n’ayant personnellement que pas grand-chose à perdre, et, de plus, fait preuve d’un désintéressement incompréhensible pour un révolutionnaire, qui le rendre difficilement corruptible et tenable. La logique révolutionnaire à la lumière de l’histoire voudrait qu’il soit une cible privilégiée d’épuration violente – ce que nous prions pour que cela n’arrive jamais évidemment, mais il est de notre devoir d’analyser « froidement » la situation, aussi désagréable soit-il…

 

Cela prouve simplement que le diable n’a ni gagné, et qu’il enrage de voir tant de résistances encore là – enragement qui, paradoxalement, nous réchauffe le cœur, car si la révolution enrage à ce point c’est bien que nous sommes encore là et bien plus forts que nous le croyons !

 

Alors hauts les cœurs ! Et battons-nous !

Sans céder aux tentations diaboliques qui voudraient nous faire commettre des actes révolutionnaires contre la révolution. Non, la contre révolution est le contraire de la révolution, il est primordial de ne jamais l’oublier dans ces temps troubles.

 

Pour Dieu, pour le roi, pour la France

Paul-Raymond du Lac

2 réflexions sur “Le chant du cygne de la révolution – Quand le diable se déchaine

  • 20 septembre 2021 à 9h58
    Permalien

    A l’heure où nous en sommes, vu la confusion pré-électorale où chacun y va de ses arguments pour espérer gagner des voix, des uns ou des autres, devant la confusion qui règne actuellement dans notre Pays, ne serait-ce pas le moment de mettre notre Roi sur le trône de France ? Montrer à tous, qu’au contraire des républiques qui sont toutes nées dans le sang, la royauté elle, est pacifiste.
    Le palais de Lassay comme Résidence royale, le palais du quai d’Orsay pour palais royal, maison-mère de la France

    Répondre
  • 28 septembre 2021 à 13h22
    Permalien

    Bonjour Dominique Pellier,

    Mais, dans ce cas, où iraient s’installer les Affaires Etrangères ? Je conçois qu’un nouveau roi en France n’ait rien à faire à l’Elysée, et encore moins à Versailles… quoi que le Petit Trianon serait une demeure « convenable » pour un souverain !

    Si un jour le Roi revient, je crois qu’il devrait revenir s’installer au Louvre ou aux Tuileries ! Qu’il faudrait reconstruire d’ailleurs, tout comme Saint-Cloud…

    L’important bien sûr par les temps présents, est de faire ouvrir les yeux à nos contemporains et à nos familles, pour leur montrer toute l’abjection du régime républicain actuel, ainsi que la détestable attitude de nos gouvernants depuis maintenant 40 ans !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.