Arracher les enfants à leur famille : le nouveau projet de loi liberticide de Macron

IEF école à la maison

Sous couvert de lutte contre les « séparatismes », Emmanuel Macron poursuit le processus de privation de nos libertés fondamentales avec un nouveau projet de loi s’attaquant à l’école à la maison.

Le président de la république a annoncé ce jour sa volonté que la scolarisation devienne obligatoire dès l’âge de 3 ans et que l’instruction en famille (IEF), plus communément appelé « école à la maison », soit « strictement limitée, notamment aux impératifs de santé » et ce, à partir de la rentrée 2021.

Les parents étant les premiers éducateurs de leurs enfants, c’est une nouvelle prérogative de l’autorité parentale qui est confisquée par la république : on enlève aux parents la liberté fondamentale de choisir le mode d’instruction le plus adapté à leurs enfants, leur mode de vie ou leurs valeurs. Le message est clair : certains parents continuent à mal penser, il convient de leur enlever leurs enfants pour les confier au formatage athée républicain au plus tôt.

Emmanuel Macron a ajouté par ailleurs son vœu que « les écoles hors contrat [fassent] l’objet d’un contrôle renforcé », notamment à propos du «parcours des personnels», du « contenu pédagogique des enseignements » et de « l’origine des financements ». Doit-on s’attendre à moyen terme à  la fermeture généralisée des écoles libres ?

Le prétexte du « séparatisme islamique »

Le gouvernement oublie que la présence de ces populations est due à la propre incurie du régime… Au nom d’une minorité, tous les Français seraient privés d’une de leurs libertés fondamentales ?

Derrière ce jeu de dupe, il n’y a que cette volonté d’avoir la mainmise sur les enfants dès leur plus jeune âge. Barrère écrivait bien en 1794 que « les enfants appartiennent à la famille générale, à la république, avant d’appartenir aux familles particulières. »

Combien de privations de libertés les français supporteront- ils encore ?

L’IEF est une alternative qui a gagné en popularité depuis le confinement, où certains parents ont découvert les vertus de cette méthode : adaptation au rythme de l’enfant, contrôle du contenu des leçons, liberté pédagogique, consolidation du lien parent-enfant, etc.

Dès cet après-midi nous avons pu constater l’apparition de pétitions en ligne et du mot-dièse #TouchePasAMonIEF sur les réseaux sociaux qui expriment colère, peur pour l’avenir des enfants et frustration de ne pas se faire entendre !

En 1984, ce sont 2 000 000 de personnes qui s’étaient mobilisés pour le maintien de l’école libre. La loi Savary avait alors été retirée. La république a eu plus de 30 ans pour consolider son emprise sur les esprits et les intelligences. Peu probable, hélas, que ce nouveau scandale visant la liberté d’instruction soulève les foules. En effet, les autorisations de manifestation sont strictement encadrées et les français sont effrayés et formatés à l’obéissance aveugle, sous prétexte covidien. Le moment est bien choisi.

Là où le Roi est le garant de la Loi Naturelle et du bon droit des gens qui en découle, la république est essentiellement libertivore. Ce régime et ses partisans fixent eux-mêmes les limites à leurs propres prérogatives sans garde-fou pour arrêter l’emballement.

Loïc Baverel

Une réflexion sur “Arracher les enfants à leur famille : le nouveau projet de loi liberticide de Macron

  • 15 octobre 2020 à 13:37
    Permalien

    Au procès de Nüremberg, on a demandé à Göhring, le bras droit d’Hitler, comment ils avaient pu établir un tel régime. Il a dit que c’était très facile. On pouvait le faire dans n’importe quel cas, y compris en démocratie. Il suffisait pour cela d’installer la peur et ensuite on faisait faire aux gens n’importe quoi. Il ne faut pas se faire d’illusions, nous sommes dans une dictature mondiale montante et, si nous ne bougeons pas collectivement, nous allons terriblement souffrir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.