Restaurons la Royauté ! Restauratons la Foi ! et inversement

L’Union du trône et de l’autel est un principe présidant à la royauté très chrétienne du fait même de sa fondation, de sa mission particulière et de son histoire.

Bon certes, mais il se pourrait que de bons catholiques se disent : « certes, certes, mais tout cela est par trop temporel, ou naturel, et je ne vois pas en quoi la restauration aidera vraiment la Foi et l’Église ».

Et, inversement, de bons sujets du roi pourraient se dire : « certes, certes, mais vue de l’état lamentable de l’Église post-conciliaire qui devient plus progressiste que certains révolutionnaires, je ne vois en quoi elle aiderait le Roi Très Chrétien. »

Que nenni ! Tentons de répondre à ces deux doutes.

Il faut d’abord affirmer que tout catholique sincère, pieux et ardent ne peut que souhaiter la restauration royale et le retour du Roi Très Chrétien dans la plénitude de son rôle de lieutenant de Dieu sur terre, de défenseur de l’Église et de la Foi. Cette relation spécifique illustrée dans toute notre histoire a été décrite ailleurs nous ne nous y attarderons pas. Mais, bons catholiques, imaginez un instant tout ce que la restauration ne peut qu’apporter à la défense de la Foi :

Le bon Roi, source de justice, lieutenant de Dieu sur Terre, défenseur de l’Église, a d’abord la mission d’assurer la justice de Dieu sur terre, la prospérité matérielle (naturelle pour être plus exacte) du pays dans la sécurité des sujets, l’harmonie sociale et un ordre respectant la nature de l’homme et la Création. En République, c’est l’inverse : le régime révolutionnaire combat vaille que vaille la nature par principe, et donc la réalité, et donc même la Création –  surtout quand elle prétend la défendre- mais la réalité ne change pas et reprend un jour ou l’autre ses droits, ce qui provoque tout une série de drames, de conflits, de mal-être, de frictions. La seule puissance qui tente de combattre cette entreprise contre-nature est aujourd’hui l’Église, par défaut. L’Église qui s’occupe fondamentalement de surnature par l’octroi des sacrements, le rappel de la vérité de la Révélation, et la conduite spirituel. Elle protège subsidiairement la nature, puisque la surnature ne peut se greffer que sur la nature bien respectée et sainement entretenus et cultivée, et elle demande en particulier de respecter la nature. Car les graines de surnature ne poussent que dans une bonne terre naturelle.

Ce n’est pas pourtant pas le rôle premier de l’Église, et les forces qu’elle épuise dans la défense de la nature, par exemple la protection de la vie, la protection du mariage en tant qu’institution sacrée naturelle (aujourd’hui attaquée, avant même le sacrement) et bien d’autres choses encore ; ces forces, disions-nous, perdues dans cette défense se détournent des visées surnaturelles propres à l’Église, sa mission principale, et trop de prélats ne parlent plus de surnature. Protéger la vie c’est essentiel, mais n’importe quel homme doit rationnellement arriver à la conclusion de bon sens, et on n’a pas besoin d’être catholique pour y arriver – ce sera le sujet d’un autre article.

La restauration royale suppose la protection par le bras séculier des principes naturels, puisque le roi est source de justice, ce qui soutiendrait doublement l’Église en rétablissant une société saine, et une nature saine car respectée sur laquelle la grâce passant par les mains des descendants des apôtres ne serait que plus efficace, et en lui laissant le loisir de se concentrer sur l’essentiel de sa mission, à savoir les choses surnaturelles, par l’octroi des sacrements en particulier, la conduite spirituelle et l’enseignement de la doctrine. Nous connaissons les engagements de notre bon Roi pour la protection des principes naturels, dans la protection de la vie, ou encore le rétablissement intégral de la famille, cellule fondamentale de la société. Il nous en donne l’exemple d’ailleurs avec cette magnifique naissance d’un troisième Prince à la France.

Soulevons encore un autre point : tout catholique de la tradition devrait être légitimiste, c’est une évidence. Pourquoi ? Il suffit de regarder l’histoire de France. Nous savons qu’au-delà du rôle strict de justicier et de clef de voûte d’une société naturelle, le Roi Très Chrétien, défenseur de l’Église est aussi défenseur de la Foi : Clovis sauve l’Église du Christ des hérésies ariennes, les Carolingiens contribuent fortement à la prospérité liturgique romaine, les rois soutiennent les différents ordres dans l’histoire qui restaurent la Foi à chaque époque, monastères, ordres mendiants par Louis IX, etc. Henri IV, par sa conversion, préserve la France et donne un appui puissant à la Foi orthodoxe. Louis XVI, par son sacrifice christique, et son martyre participe au renouveau de la Foi et fonde des ferments de résistance à toutes les révolutions, même dans l’Église, donnant un appui doctrinal aux papes. Sans compter encore la mise en valeur des reliques, des églises, l’entretien de nombreuses œuvres, etc.

Donc, catholiques de la tradition, imaginez un instant : restauration royale. Le bon Roi décide de ne faire célébrer pour son usage et pour tous les usages publics que des messes de toujours, des messes tridentines : croyez-vous qu’évêques et papes pourraient aussi facilement qu’aujourd’hui contester la légitimité de la liturgie de toujours dans ces conditions ? Sans compter l’incroyable libération des forces de tous les « silencieux », clercs et laïcs, qui se condamnent aujourd’hui à rester dans l’ombre – pour combien de temps.

Inversement, tout bon sujet du Roi ne peut que souhaiter et aider à une restauration de la Foi. Car cela est évident : une Église dans sa splendeur de sa tradition défend becs et ongles une société respectant le plan de Dieu et les lois de la Création. Soit une société qui fonctionne, où la justice règne, où les principes naturels sont respectés et sublimés. Comme nous venons de le dire plus haut, la surnature demande une nature saine sur laquelle se greffer : l’Église a toujours protégé la nature, et donc soutenus les sociétés saines, c’est-à-dire qui reconnaissent la nature, la respectent et l’embellissent. La royauté française a de plus l’avantage d’être « sainte » puisque sa mission particulière -en plus de sa mission générale de protéger la nature en étant source de justice, ce qui est l’apanage de toute royauté naturelle même païenne-, matérialisée par le sacre des rois, est avant tout d’amener le plus d’âmes au Ciel, et donc d’assurer le meilleur environnement pour ce faire. L’Église traditionnelle et forte ne pourra que favoriser la restauration naturelle. Donc tout sujet ne peut que soutenir de ses vœux toute action qui tend à la réappropriation d’une Église forte et traditionnelle, car cela favorise la restauration royale.

En conclusion : l’union du trône et de l’autel est d’une actualité brûlante. Ou plutôt la restauration de l’Église et de la Royauté, par la restauration du règne social du Christ dans la société et la restauration de la Tradition à Vatican. La restauration de la Foi et de la Justice. La restauration dans leur plénitude d’autorité du Roi et du Pape, dans leurs rôles complémentaires.

La restauration du Roi Très Chrétien ne peut qu’aider l’Église dans la réappropriation de sa Tradition éternelle, et travailler à la purification de ses prélats, par la conversion, l’exemple et la réalité – par exemple la généralisation de la messe tridentine pour toutes les adorations publiques.

Et la restauration de l’Église soutient la restauration royale par ses intercessions, ses prières, ses sacrements, ses confréries, ses conseils et ses bons fidèles, qui seront aussi de bons sujets.

Comme cela fut depuis les origines de la France.

Catholiques ! Vous ne pouvez pas ne pas être légitimiste, et si vous pensez ne pas l’être, regardez la réalité de la France, de sa mission et de son histoire, il suffit d’en prendre conscience !

Bons sujets du Roi ! Vous ne pouvez pas ne pas désirer le retour de la Tradition dans l’Église, car celle-ci soutient, protège et défend la nature ! Vous n’avez pas besoin d’être catholique pour le voir, il suffit de regarder l’histoire !

Vive le Roi !

Pour que vive le Christ sur terre par son tenant lieu sur terre !

Antoine Michel

Une pensée sur “Restaurons la Royauté ! Restauratons la Foi ! et inversement

  • 6 mars 2019 à 09:30
    Permalink

    moi-même qui suis, normalement protestant évangélique, mais suivant de temps en temps la messe tridentine, je suis chrétien après tout, je soutiens ardemment ce point de vue. Dieu fasse bien vite venir le Roi!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.