Hommage. Jean Raspail : « J’ai la conviction qu’Alphonse II était dépositaire d’une parcelle de divin »

Dès que j’ai eu l’honneur et le bonheur de faire la connaissance de Monseigneur le duc d’Anjou, puis de l’approcher et de m’entretenir longuement avec lui en différentes circonstances, j’ai immédiatement su et compris qu’il existait quelque chose de sacré dans sa personne, toute de lumineuse simplicité.

Il y avait en lui ce qui relève de l’origine divine du pouvoir, et si l’on ne veut pas me suivre là-dessus, au moins cette élévation religieuse de la pensée et du sens moral qui peut seule autoriser un être humain à régir le destin de ses semblables.

Certains États modernes respectent encore un minimum de sacré indispensable à l’exercice du pouvoir. Le président des États-Unis, par exemple, prête serment sur la Bible et demande fréquemment à Dieu de bénir et de protéger son pays. La persistance des monarchies en Europe, même les plus médiocres et les plus abâtardies moralement, procède de ce même principe.

En France, malheureusement, il n’existe plus la moindre once de sacré dans l’exercice du pouvoir actuel de la république.

C’est vrai que le duc d’Anjou n’avait pas le pouvoir. Mais j’ai la conviction qu’il était dépositaire d’une parcelle de divin. Ce n’est que cela, et rien de plus, la légitimité.

Jean Raspail
Bourbons Magazine, nov.-déc. 1998

Une réflexion sur “Hommage. Jean Raspail : « J’ai la conviction qu’Alphonse II était dépositaire d’une parcelle de divin »

  • 31 janvier 2022 à 12h15
    Permalien

    La disparition accidentelle du Prince Alphonse en 1989 fut un rude coup pour la cause monarchiste… En parlant un jour de Mgr Alphonse d’Anjou avec une personne (que je croyais sensée) rencontrée plusieurs fois lors de soirées d’étudiants à Paris, celle-ci me répondit avec un petit air pinçé : « ah oui mais… n’est ce pas lui qui a épousé la fille de Franco ? » Puis elle me tourna les talons, dans un beau mouvement plein d’indignation progressiste…

    Je n’ai pas jugé utile de la rattraper pour lui donner des explications qu’elle aurait certainement refusé d’entendre..

    C’est à cette personne à qui j’ai pensé en voyant une photo de Mgr Louis portant le cercueil de son grand-père lamentablement expulsé de la Valle de los Caidos par un gouvernement espagnol qui voudrait rejouer à la très violente, sectaire et criminelle seconde république espagnole !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.