EditoriauxIdéesPolitiqueVie des royalistes

Le Roi doit-il attendre l’appel des Français ?, par Antoine Michel

Il est une mode « légitimiste » reprise par les rois de France depuis au moins le comte de Chambord, qui consiste à considérer — tout en affirmant clairement la légitimité des droits royaux (« je ne prétends à rien, je suis ») — qu’il faudrait, pour remonter sur le trône, attendre un certain appel des Français, voire obtenir préalablement un consentement « populaire ».

Il s’agit ici de protester fortement contre cette idée libérale et, disons-le, témoin d’une faiblesse que le roi justicier ne peut pas se permettre ; et que nous ne devons pas ni alléguer, ni admettre en tant que royalistes.

Réfléchissons-y : imaginez que, père de famille, vous avez été chassé de la maison familiale par un beau-fils félon, qui terrorise vos enfants et votre épouse. Imaginez ensuite que l’usurpateur prend votre place et agit en chef de famille tyrannique, justifiant ses pires atrocités par l’idée que celles-ci seraient commises au nom de tous les membres de la famille, y compris ceux qui vous sont restés fidèles. L’usurpateur couche avec votre épouse et manipule vos enfants qui, à force de mauvais exemples, se battent et se haïssent les uns les autres…

En tant que père de famille, allez-vous attendre que les enfants, en pleine dégénérescence, vous rappellent ? Alors même qu’à force de vivre sous la violence tyrannique de l’usurpateur, ils ont oublié ce qu’était une famille chrétienne, fondée sur l’amour et la charité dans la justice, pour le bien de chacun ? Et que dans un réflexe pavlovien, ils deviennent parfois plus enragés que leur persécuteur lui-même ?

En tant que père de famille, vous n’aurez qu’une chose à faire : tout mettre en œuvre pour reprendre en main la situation, expulser l’usurpateur, le punir, laver l’honneur de votre épouse et remettre de l’ordre parmi la fratrie, de façon musclée s’il le faut — et il le faudra, soyons réaliste. Pour cela, il faudra vous aider des quelques enfants qui tiennent encore la route, de ceux de bonne volonté, de ceux qui ne vous ont pas oublié et qui vous informent depuis l’intérieur de ce qui se passe dans la maison.

Pour le Roi c’est pareil : il doit se fiche de l’appel des Français et des sentiments de ses sujets comme d’une peccadille ! Il est d’abord père, son devoir objectif est de rétablir l’ordre et la justice ! Notre chance est qu’il est chrétien, et qu’il pourra donc le faire dans une optique chrétienne, mais sans mollesse, avec intransigeance, et sans faiblesse : un méchant doit être puni, pour son bien et pour le bien des autres.

Pour cela, il n’a pas besoin d’attendre l’appel des Français ! Cela n’est évidemment pas l’idéal du royaume chrétien restauré, mais il faut être réaliste : pour refonder un ordre chrétien, il faut d’abord remettre les choses dans l’ordre et restaurer la justice. Dans le contexte paganisé de la France contemporaine, on ne peut plus simplement faire confiance au sensus fidei : nos rois légitimes, depuis le comte de Chambord, ont longtemps jugé que, malgré le parasite révolutionnaire, leurs potentiels sujets conservaient un bon sens chrétien, qui pouvait permettre cet appel. Cela demeure aujourd’hui un idéal, très symbolique de l’harmonie existant entre un peuple et son roi Très Chrétien, mais c’est aujourd’hui un idéal utopique et irréalisable en raison de la déchristianisation dont la France est victime.

Reprendre les commandes sans le consentement populaire ne serait-il pas un peu dictatorial ? Je ne crois pas car, une fois le régime au pouvoir, le « peuple » y consent toujours en majorité ; l’histoire le montre. Cela fait partie de la nature politique des hommes, pour le pire comme pour le meilleur.

Si demain le roi revenait sur le trône, je vous garantis que les Français deviendraient légitimistes pour 90 % d’entre eux, à condition que le Roi soit le garant de l’ordre et le vecteur du rétablissement d’un minimum de justice.

Répétons-le : le Roi ne doit pas attendre l’appel du peuple, il doit reprendre la place que Dieu lui a assigné et se faire sacrer. Pour cela, pour nous, il faut agir prudemment en tant que sujets, planifier, devenir forts, pour que la justice chrétienne puisse régner.

Nous devons devenir les grands frères au service père légitime, et remettent à leurs places les félons, pour leur bien et le bien de tous !

Alors hauts les cœurs ! Et ne parlons plus d’appel du peuple, de consentement populaire, ou d’appel des Français !

Tout cela n’est que de la communication issue de la Révolution ! Elle bloque les forces vives légitimes par auto-censure, et nous fait oublier nos devoirs impérieux ! Cette « tournure d’esprit démocratique » est de toute façon en train de mourir de sa belle mort, et n’aura plus court d’ici peu… rattrapée qu’elle est par la réalité…

Alors, revenons aux véritables fondamentaux royaux : justice et charité, force et douceur, intransigeance et bonté !

Dans l’état actuel des choses, les lendemains qui chantent sont un lointain passé !

Antoine Michel

Pour Dieu, pour le Roi, pour la France !

5 réflexions sur “Le Roi doit-il attendre l’appel des Français ?, par Antoine Michel

  • Pierre de Meuse

    Ce que vous écrivez est juste, mais malheureusement cela fait deux siècles que les Princes ont renoncé à effectuer cette juste revendication, quelle que soit la branche à laquelle ils appartiennent.

    Répondre
  • Grégoire Legrand

    C’est avec ce genre de raisonnement que les royalistes ont échoué à prendre le pouvoir pendant un siècle et demi. D’autant qu’on voit mal ce que l’auteur de ce texte propose à la place : un coup d’état militaire ? Et avec quelles troupes, quels généraux ? Une métanoïa, comme en rêvaient Maistre et Boutang ? On l’attend depuis 1830. Une intervention divine qui replacera le roi sur son trône ? Idem, on l’attend depuis des lustres. Alors quoi ?

    Répondre
  • Mr du Retail

    Le Roy remontera sur le trône seulement par la grâce de Dieu et celle de son peuple et surtout pas par la force.
    Il faut qu’il se présente au peuple et se fasse reconnaître par lui.

    Répondre
  • Bonjour,
    je découvre avec plaisir cet article qui réveille en moi une question longtemps restée sans réponse. Lorsque j’ai adhéré à un cercle légitimiste, j’ai espéré trouver un mouvement réactif pour rétablir la royauté en France. Même s’il nous faire preuve d’une grande prudence, il est avéré qu’il nous faut tout de même agir, et là la réponse a été surprenante : Louis XX aurait déjà déclaré (date?lieu?) attendre l’appel du peuple français ! Au regard de mes responsabilités de père de famille, je me suis dit : à attendre ainsi, Louis XX aura gâché sa vie à attendre inutilement. Comment un père, qu’il soit d’ordre naturel ou de lignée royale, peut-il laisser les siens en déshérence ? Pourquoi cet abandon ?
    Emmanuel

    Répondre
  • Antoine Michel,

    Je partage totalement votre analyse, même si sans doute, au-delà de sa pertinence, elle ne pousse pas à l’optimisme. Il m’est difficile en effet de percevoir dans l’atmosphère un quelconque signe du moindre frémissement pouvant nous laisser croire à un retour du Roi.
    Quand Louis XX déclare en février 2022 : « je crois plus en la Providence qu’en l’homme providentiel », n’est-ce pas là une manière de signifier qu’il refuse d’endosser le costume d’homme providentiel ?
    Grégoire Legrand dans son commentaire laissé un peu plus haut sous votre article n’a pas tort. À supposer même que Louis XX veuille ardemment remonter sur le Trône, comment pourrait-il s’y prendre?

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.