Hommage à l’abbé Chanut (1948-2013), Grand Aumônier de France

abbé christian philippe chanut

L’abbé Christian-Philippe Chanut est né le 7 août 1948. Élève du séminaire Saint-Sulpice, il fut ordonné prêtre le et devint, quasi-immédiatement, l’aumônier du Mémorial de France et de l’Institut Duc d’Anjou, ainsi que  l’aumônier personnel du prince Alphonse de Bourbon. Il occupa cette fonction jusqu’à la mort accidentelle de ce dernier, en 1989, puis devint l’aumônier de son fils et successeur, Louis XX, jusqu’à sa propre mort survenue le 17 août 2013. En tant que tel, l’abbé Chanut fut donc « le premier Grand Aumônier de France du XXIe siècle », pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage compilé par Jean DeWaifhari[1].
C’est lui qui, le 8 juin 2004, prononça l’oraison funèbre du petit Louis XVII à l’occasion du dépôt de son cœur en la basilique Saint-Denis. De même, c’est qui lui qui enterra les membres les plus éminents de la famille de France, dont Alphonse II (1936-1989) — pour qui il prononça par ailleurs la prière issue de la liturgie des rois de France, puis un éloge funèbre à la basilique Saint-Denis — et la mère ce celui-ci, la princesse Emmanuelle de Dampierre (1913-2012).

Professeur au séminaire Ecclesia Dei de Wigratzbad, l’abbé Chanut était en outre un grand historien, spécialiste la papauté et de la royauté française, mais aussi des foires et des expositions universelles.

Curé, exorciste et archiviste du diocèse d’Évry, ce prêtre éminent aurait aimé devenir évêque pour appliquer ses méthodes à une plus large échelle et savoir si elles étaient les bonnes pour, le cas échéant, redynamiser son diocèse. Malheureusement, sa nomination comme prélat pour le diocèse de Luçon fut proposée dans une terna envoyée à Rome, mais elle ne fut pas retenue par le Saint-Siège[2]

Nous célébrons aujourd’hui le septième anniversaire du retour au Père de cet homme de Dieu et de culture. C’est l’occasion pour nous tous d’écouter ou de réécouter l’émission ci-contre, diffusée pour la première fois sur Radio Courtoisie le 17 septembre 2013. Philippe Maxence y recevait l’historien et héraldiste Hervé Pinoteau, le prêtre et théologien Guillaume de Tanoüarn, le prêtre, liturgiste et vaticaniste Claude Barthe et le journaliste Daniel Hamiche, pour évoquer la mémoire de l’abbé Chanut, mort un mois plus tôt. Requiescat in pace !


[1] Jean DeWaifhari, Anthologie in memoriam : abbé Christian-Philippe Chanut, le premier Grand Aumônier de France du XXIe siècle, Paris, Exaltare Saint-Louis, 2016.

[2] Hervé Pinoteau, « Mon ami, l’abbé Christian-Philippe Chanut » [archive], sur hervepinoteau.fr, (consulté le 19 août 2018).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.