Egalité, toujours plus loin !

Chers amis,

Une fois encore, au nom de l’égalité, on nous propose de nouvelles évolutions de société. Notamment, Marlène Schiappa, ministre de l’égalité entre les femmes et les hommes, qui ne manque pas d’idées. De la lutte contre le harcèlement de rue à l’élargissement de la PMA aux couples de femmes, rien ne lui échappe.

Entendons-nous bien. Toute égalité n’est pas mauvaise, et les progrès réalisés au XXe siècle pour une meilleure justice dans les rapports entre hommes et femmes sont tout à fait appréciables.

Cependant, le désir de justice et d’égalité, pour ne pas détruire le bien qu’il voulait promouvoir, doit respecter des principes supérieurs. Le premier d’entre eux est simplement le bien commun de la nation et le bien des personnes individuelles. Lors le désir d’égalité d’une minorité vient à nuire à la majorité, ou lorsque certains se trouvent avantagés au détriment des autres par ce désir d’égalité, nous savons que la voie prise est mauvaise et qu’il convient de rétrograder d’urgence. 

Hélas ! Chez certains de nos politiques, l’égalité est devenue un bien souverain, une fin valant plus que le bien commun de la nation ou le bien des personnes. 

C’est ainsi que nous en arrivons à mettre en danger l’institution familiale et le bien des enfants par l’élargissement de la PMA. C’est ainsi que tôt ou tard nous en viendrons à promouvoir un nouvel esclavage au nom de la GPA. En effet, si toutes les femmes peuvent avoir des enfants quelles que soient leurs situations, pourquoi les hommes ne jouiraient-ils pas des mêmes droits ?
Voilà où mène cette logique folle de l’égalitarisme ! 

Pourtant, l’égalité, on le sait, n’existe souvent que dans les songes. Prenez deux jumeaux monozygotes, donnez leur la même éducation, vous verrez pourtant leurs trajectoires de vie évoluer de manière différente et leur existence s’achever sans égalité. 

La cécité envers le réel vient de ce que la plupart des hommes prônant l’égalité sont rarement ceux qui en subissent les conséquences. Ainsi, en matière d’immigration, les partisans de l’accueil sans condition et de l’égalitarisme de traitement ne sont presque jamais ceux accueillant les migrants dans les mêmes quartiers voire les mêmes immeubles. Sans doute un voisinage poussé les conduirait à plus de bon sens dans leurs choix et un accueil plus raisonné.

Enfin, je sens que je « dérape » comme disent nos journalistes, et pour éviter de finir en cellule de rééducation, je vais moi aussi me livrer à la grande foire de l’égalitarisme.

C’est pourquoi, dès aujourd’hui, oubliez ce que je viens de dire et combattez avec moi pour le remboursement par l’assurance maladie des traitements hormonaux permettant aux femmes qui le désirent de porter la barbe. Ensemble levons-nous également pour la création de voies réservées aux chaises à porteurs, éco-citoyennes et produites localement. En effet, à l’époque des voies pour vélos et des voies de bus, il est inadmissible que les chaises à porteur soient exclues de la rue.

Français, ensemble, menons des luttes d’avant-garde pour plus d’égalité entre les hommes !

Charles

Commentaires  

#1 solange strimon 30-09-2017 22:55
Merci Monseigneur de parler de chaises à porteur. C'est un rêve que je caresse depuis longtemps et j'avais même réussi à y parvenir un certain jour et à une certaine heure. Hélas, les rues des grandes villes sont bien trop encombrées pour imposer ce mode de transport qui me conviendrait pourtant si parfaitement.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement