Vœux du prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme pour la rentrée des classes

À la veille de la rentrée scolaire soutenons nos professeurs. Si la covid-19 est la préoccupation immédiate, en revanche, sur le plus long terme, n’occultons pas les dérives fondamentalistes culturelles et le ségrégationnisme assumé des habitants de nombreux territoires français.
Notre devoir est de dénoncer les contestations quotidiennes dont sont victimes nos enseignants.

Les professeurs ne sont pas des menteurs !

Les dénis systématiques des enseignements, la contestation de la mixité, les attaques contre nos œuvres et nos auteurs, le refus des visites des joyaux de notre patrimoine architectural, la remise en cause des fondamentaux des sciences de la vie et de la terre, les certificats de complaisance pour ne pas se rendre en cours d’éducation physique et sportive ou à la piscine, le désaveu systématique de l’Histoire et la récusation des langues vivantes enseignées sont quelques-unes des manifestations du désordre dans l’instruction publique et l’expression visible de la lâcheté de nos dirigeants actuels.

En refusant de prendre le problème dans sa globalité et de répondre par la fermeté aux organisations politico-religieuses, le sentiment d’abandon de ceux qui transmettent le savoir et la connaissance, leur impose, parfois contre leur propre conscience, de composer, parfois même d’occulter quelques parties du programme, de céder ou de relativiser ce qui n’est pas conforme au dogme de certaines croyances. Vous qui êtes le fondement de notre nation, j’entends et je comprends votre désarroi. Des solutions existent. D’abord en vous soutenant inconditionnellement, puis en mettant en œuvre avec vous la réappropriation du savoir commun afin de donner aux enfants de France les racines indispensables pour tous ensemble se projeter sereinement vers l’avenir.

Cette contre-société identitaire qui se crée en France est manipulée par des organisations souvent étrangères.

Les professeurs qui enseignent l’arabe en France ne sont pas rémunérés par l’Éducation nationale mais par des nations extérieures à l’Union européenne et cela nous enlève notre droit de regard sur ce qui est enseigné dans nos écoles. Des associations de proximité endoctrinent les enfants, les familles, les cités et quartiers. L’apprentissage de la désobéissance et de la révolte contre l’autorité commence à l’école. Viendront ensuite les violences, urbaines ou non, contre tous ceux qui n’adhèrent pas à leur vision de la société. Le sentiment d’appartenance, prend sa pleine conscience par l’endoctrinement. La colonisation, le racialisme, l’immigration, la précarisation et la vie dans des cités « ghetto » sont les outils de la sensibilité victimaire.

Alors que j’écris ces quelques lignes, une question me vient à l’esprit : que fait notre prestigieuse Académie Française ? Elle devrait être le fer de lance pour la défense de notre patrimoine français écrit et parlé.

Je suis sidéré que des entreprises françaises prennent des noms anglophones, adoptent des devises et fassent des publicités avec du vocabulaire anglais. Il est certes pratique de manier la langue de Shakespeare de nos jours, mais en France, on parle le français et rien d’autre !

Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme
Prince de Parme

2 réflexions sur “Vœux du prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme pour la rentrée des classes

  • 31 août 2020 à 08:28
    Permalien

    Comme je suis entièrement d’accord avec Votre Altesse !!!!!

    Répondre
  • 4 septembre 2020 à 10:22
    Permalien

    Merci, Monseigneur, de nous rappeler ces quelques vérités premières ! Cette intrusion étrangère dans l’enseignement donné en France est une véritable hérésie, mais malheureusement les « princes » qui nous gouvernent n’en ont cure !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.