Petit guide pour combattant contre-révolutionnaire, par Paul de Beaulias

Mon voyage en France m’a convaincu de la nécessité d’accélérer notre effort de création de réseaux d’amitié et de sociabilité légitimistes, prérequis à toute action véritablement politique (c’est-à-dire destinée au bien commun) et déjà une action restauratrice en soi — car chaque société contre-révolutionnaire prospérant ici ou là est déjà un morceau de royaume restauré.

Parvenir à vivre et à développer une société traditionnelle, dans sa propre famille pour commencer, sans se soucier des libéraux de tout bois, et en gardant le cap, sans s’inquiéter outre mesure des nuages noirs et menaçants, est déjà une victoire.

Ainsi, comment nous organiser, que faire pour contribuer au combat ?

Il s’agit, à mon sens, de restaurer ces sociétés contre-révolutionnaires au niveau local. Nous sommes trop peu nombreux pour en plus nous permettre de rester isolés. Les paroisses et les familles sont de bonnes bases pour ces sociétés, mais l’on ne peut en rester là. Entretenons des sociétés spécifiquement légitimistes !

N’hésitez pas à participer ou à fonder des sections du Cercle d’Action Légitimiste (CAL) — ou d’autres cercles, selon les circonstances locales : l’important n’est pas le nom ou la marque mais ce que vous faites concrètement. Travaillez ainsi, sans bruit, mais efficacement, sans faste mais avec cœur, pour restaurer ces petits groupes locaux !

« Mais nous sommes trop peu », me direz-vous. Je répondrai : il suffit d’être deux pour se réunir et commencer quelque chose ! Il ne faut pas voir trop grand et rester simples, pour éviter le découragement ou l’effet baudruche crevée. Il suffit d’être fidèles et persévérants dans ce qu’on a commencé, et si Dieu veut, les choses se développeront.

Voici les conseils que je donnerais, fondés sur mon expérience propre :

  • Il suffit d’être deux pour commencer, pas besoin d’attendre d’être plus, les gens viendront en temps voulu.
  • Il est très important de se réunir le plus souvent possible, une fois par mois devrait être un minimum, idéalement toutes les semaines. L’expérience le prouve, on ne crée pas une société sans se voir régulièrement. Faites simple, facile à organiser et agréable : dans les maisons des combattants, dans un café, où vous voulez…
  • Restez charitables mais sans flouer la justice : il faut savoir être ferme et bon envers tous les combattants. Notre ennemi est le libéralisme et les œuvres révolutionnaires, pas les personnes elles-mêmes.
  • Choisissez dès le départ un saint patron et des prières qui vont bien pour ouvrir et conclure toute réunion de section. Il est important de s’en remettre à Dieu, et à l’intercession de nos saints, afin de toujours nous rappeler notre mission et les raisons de notre combat, et pour éviter de tomber dans la mondanité et le respect humain.
  • Si aucun membre n’a l’appétence intellectuelle ou l’aisance orale pour faire des présentations, il suffit d’utiliser ce qui existe : les documents publiés sur le site Vive le Roy, par exemple, ou encore plus simplement une lecture suivie d’un bon livre, comme les Considérations de Joseph de Maistre, Révolution française de Philippe Pichot-Bravard, Politique naturelle de Maurras ou que sais-je encore ! Lire à tour de rôle pendant 30 minutes/une heure un bon livre puis en discuter serait déjà un bon commencement, cela nourrit ! Si Dieu veut, vous pourrez toujours complexifier par la suite.
  • Il est bon de garder toujours l’idée pratique avec la nourriture spirituelle et intellectuelle : que chaque session soit l’occasion de tirer une leçon pratique et une résolution en action dans sa vie de tous les jours.
  • Ne vous découragez et même s’il y a des moments de grande solitude, soyez opiniâtres !
  • Il est important que vos réunions soient pour une partie au moins publique, pour que des gens extérieurs puissent se greffer, et pour vous « aiguillonner » en vous mettant devant les gens à progresser dans le combat. Tout en restant discrets et prudents, mais sans pusillanimité aucune.
  • Il est bon d’avoir un abbé à qui demander les messes pour Louis XVI, pour la Saint-Louis, pour l’anniversaire du Roi, pour votre section. Il est aussi bon à terme de l’inviter aux sessions de la section afin de développer sa conscience politique. Il n’est pas besoin que l’abbé soit légitimiste au départ : au contraire, votre rôle est de le convertir !
  • Avant toute action, priez, et une fois une action décidée, allez-y : tout est possible. Soupe populaire, restauration d’un bâtiment, de calvaires, rosaires publiques, stages militaires ou passage du permis de chasse. Les femmes sont bienvenues et peuvent même faire des sessions spéciales : couture d’étendards, de drapeaux et d’insignes royaux, discussions éducatives pour aider à la formation royaliste de nos enfants. Femmes, n’oubliez pas que votre rôle est clef : c’est votre action qui donne le courage et la force aux hommes, sachez les pousser au combat !

Tous ces conseils ne sont que des indications qui doivent être adaptées en fonction des circonstances. Les membres du CAL sont là pour aider le cas échéant. L’important, c’est de se lancer ; l’expérience, la prière et la persévérance feront le reste !

Paul de Beaulias

Pour Dieu, pour le Roi, pour la France !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.