La société en feu, le désert polaire

A regarder les journaux français du lointain pays du soleil levant la situation semble de plus en plus difficile.

Encore une grève géante couplée d’une manifestation qui mobilise l’équivalent d’un régiment avec des débordements inévitables et l’agrégation de divers « casseurs » (entendez fauteurs de troubles) genre black-bock ou d’autre agitateurs que la préfecture rassemble sous l’appellation « gilets jaunes ».

Si on ajoute les risques d’attentat, on se demande comment le système n’a pas encore implosé sous la pression.  Heureusement que des gens prient.

Record de voitures brûlées la nuit de la saint Sylvestre, tensions violentes partout et à tous les niveaux de la société…

La situation est pour le moins explosive, mais paraît-il cela est normal.

D’ici cela ressemble bien à « une guerre civile perlée », comme on dirait.

La société française brûle. Elle se consume sous les flammes dévorantes de la décadence, la civilisation française en tant qu’Etat institué est en passe de disparaître sous les décombres républicains. La courtoisie et le savoir-vivre français ne vit plus, ou si peu, sur la terre française.

Juste châtiment pour le pays apostat qui a abandonné non seulement la piété envers ses pères et ses traditions, mais a nié la seule religion vraie. La prophétie de Saint Rémi se réalise encore une fois.

Cela ne doit pas nous effrayer, tant que le Roi est là et que nous pouvons le servir en bons sujets et en bons chrétiens, la France existera encore. Et elle peuple déjà le ciel avec plus de 1500 ans de saints et martyres envoyés au paradis. Seule Dieu sait ce qu’il réserve. Là où le péché abonde la grâce surabonde. Tout mal est permis pour un plus grand bien. Alors, vue les maux d’aujourd’hui, nous pouvons raisonnablement s’attendre à une nouvelle grande époque pour la France royale et catholique, à condition d’éviter les foudres de Sodome et Gomorrhe (car nous espérons bien qu’il reste un peu plus de 10 justes en France, encore).

Fermons le journal et sortons dans la rue au Japon, près d’un parc. L’hiver, ici, est sec et lumineux. Tout est silencieux et calme. Quoique les aventures rocambolesques d’un Carlos Goshn qui a défrayé la chronique, un bruit de plus dans le brouhaha tokyoïte urbain.

Mais la société est calme et paisible. Chacun fait sa part. Oh, bien des tares existent aussi certainement, dans le froid polaire du paganisme, mais les fondamentaux naturels sont toujours vigoureux et tiennent la société, par laquelle, comme diraient les grecs, « nous pouvons atteindre un bonheur naturelle ».

N’oublions jamais que rien plus que la société constituée naturellement est le facteur primordial de l’ordre et de l’union. Quel que soit le degré d’injustice qui existe en France, tout en restaurant tout dans le Christ, pour son lieutenant, sans compromis, n’oublions néanmoins pas les imprécations de Saint Paul : nous avons le gouvernement que nous méritons.

Alors travaillons à mériter notre bon Roi en nous, chez nous, dans nos familles et nos villages.

Le combat de la contre-révolution ne fait que commencer !

Paul de Beaulias

Pour le Dieu, pour le Roi, pour la France

Une pensée sur “La société en feu, le désert polaire

  • 13 janvier 2020 à 08:28
    Permalink

    On se tutoyait, au moment de la révolution plus que cent fois honnie. Le vouvoiement a du bon. Mes oncle, tante et mère vouvoyaient leurs parents autrefois (d’origine bretonne…). Je respecte ma supérieure dans mon service qui pourrait être ma nièce, autrefois une professeu(re) de travaux dirigé en université, que j’appelais même « Madame » ou « Mademoiselle », ce qui me semble hautement normal. Comme on dit judicieusement « on n’a pas élevé les cochons ensemble ». Sans parler du tutoiement général, m^me dans l’entreprise et dans les milieux artistiques, précisément le cinéma où certains m’appellent pas mon prénom, par mail, lorsque je ne les connais ni d’Eve ni d’Adam… Et on va me taxer de « vieux jeu »!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.