C’est que toute révolution déchaîne chez les hommes, les instincts de la plus élémentaire barbarie...

C’est que toute révolution déchaîne chez les hommes, les instincts de la plus élémentaire barbarie, les forces opaques de l’envie, de la rapacité et de la haine, cela, les contemporains l’avaient trop bien perçu. Ils payèrent un lourd tribut à la psychose générale lorsque le fait de se comporter en homme politiquement modéré — ou même seulement de le paraître — passait déjà pour un crime (...) Jamais, à aucun pays, je ne pourrais souhaiter de grande révolution.

Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne, discours sur la Révolution prononcé aux Lucs-sur-Boulogne, le 25 septembre 1993, pour l’inauguration du Mémorial de Vendée (texte intégrale ici)

 

Commentaires  

#1 Pellier Dominique 25-03-2016 08:10
La plupart des révolutions qui ont eu lieu dans notre pauvre monde ne se sont faites que dans le sang. Pire encore, elles ont mangé leurs propres enfants... A MEDITER
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement