À bas la police ! Vive les policiers !

Les gauchistes attaquent les policiers ; en réaction, beaucoup de gens biens soutiennent les policiers. Jusque-là, tout va bien…

Le problème vient ensuite, quand on confond les policiers — en chair et en os —, qui croient pour la plupart défendre l’ordre et la justice et tentent de le faire au jour le jour, ceux qui sont de bonne volonté, avec la police en tant qu’institution. En France, celle-ci est un instrument inventé par Fouché lors de la Révolution pour protéger la République contre les « suspects ». Arme de délation politique, police politique par excellence, ce caractère ne s’est jamais démenti jusqu’à aujourd’hui. C’est dans sa nature.

Certains d’entre vous, comme votre serviteur, en ont certainement fait les frais, autrefois — pendant une Manif pour tous, par exemple —, quand ils se sont faits gazés avec les enfants et les vieillards ou coursés par des robocops nommés « Compagnie Républicaine de Sécurité ». Certains Gilets jaunes ont même perdu des yeux, n’est-ce pas ? Alors, sachons condamner la police comme institution pour ce qu’elle est, c’est-à-dire une institution créée par la Révolution, avec des fondements révolutionnaires et un seul but : œuvrer pour le désordre républicain, dans la répression de tout ce qui va contre la République. Ce n’est que lorsque le désordre va contre la République que la police peut, par un grand hasard, œuvrer pour l’ordre. La police ne sert la justice que par hasard, ne nous y trompons pas !

Cela ne doit pas nous empêcher de protéger les policiers, qui ne sont pas, pour la plupart, comptables des principes mauvais de leur institution et qu’ils ignorent le plus souvent, d’ailleurs. Nous devons les aider, au contraire, à réaliser à quel point leur institution est délétère et prier pour leur conversion : s’ils lâchent la république, celle-ci est morte, et eux pourront faire œuvre de justice en servant la fontaine de celle-ci : le Roi !

Ne nous fourvoyons pas dans la simplicité de dire « vive la police » car des gauchistes l’attaquent — ces derniers ne sont pas connus pour leur finesse d’esprit, ni pour leur culture historique. Ils disent attaquer l’autorité, mais, en fait, ils sont guidés par la haine ! Ces anarchistes n’attaquent pas l’autorité, mais ceux qui, à leurs yeux, la représentent — et les policiers en représentent une portion évidemment. Soyons plus subtiles ! En toute charité, défendons les policiers… et abattons la police ! Ce n’est pas contradictoire, c’est nécessairement complémentaire pour qui pense droit. Et ce n’est pas parce que c’est difficile à tenir, ce n’est pas parce qu’il faut avoir les idées claires et les garder claires, qu’il faut renoncer à penser droit et à agir en conséquence.

La restauration est à ce prix.

Antoine Michel

Pour Dieu, pour le Roi, pour la France

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.