Retour à Dieu de Son Altesse Royale Monseigneur Charles de Bourbon-Siciles, duc de Calabre, comte de Caserte, Roi du Royaume des Deux-Siciles et de Jérusalem

Le dernier Roi régnant du royaume des Deux-Siciles fut François II de Bourbon, qui avait épousé Marie-Sophie de Bavière, la sœur de l’Impératrice Elisabeth d’Autriche et qui fut déposé en 1860 par l’armée de la Maison de Savoie qui annexait le royaume des Deux-Siciles au tout nouveau royaume d’Italie. Ils n’auront qu’une fille, Christine, qui mourra au berceau.

Le royaume a disparu, mais la Couronne se porte instantanément, à la mort de François II en 1894, sur son plus proche parent par les mâles qui est son troisième frère lui survivant, issu du second mariage de leur père Ferdinand II, Alphonse de Bourbon, comte de Caserte, qui devient « Alphonse Ier de Bourbon-Siciles».

Alphonse de Bourbon épouse sa cousine germaine, Marie-Antoinette de Bourbon-Siciles, dont il a douze enfants. Il décède en 1934 et son fils aîné, Ferdinand Pie de Bourbon, duc de Calabre, lui succède à la Couronne sans Trône du royaume des Deux Siciles sous le nom de « Ferdinand III de Bourbon-Siciles ».

Ferdinand Pie de Bourbon épouse la fille du Roi Louis III de Bavière, Marie-Louise de Bavière, qui lui donne six enfants dont un fils, le prince Ruggiero Maria, duc de Noto, qui meurt à treize ans en 1914. Ce qui fait qu’en 1960, à sa mort, la Couronne revient de droit à son plus proche parent aîné par les mâles, son neveu, Alphonse de Bourbon, fils aîné de son frère cadet Charles de Bourbon (mort en 1949).

C’est à ce moment que surgit une controverse quant à la Dévolution de la Couronne du Royaume des Deux Siciles. Le prince Rénier de Bourbon, troisième frère cadet de Ferdinand Pie et oncle d’Alphonse de Bourbon, lui conteste l’aînesse dont il jouit naturellement par la naissance, en raison de la proximité de la branche aînée avec la Couronne d’Espagne.

En effet, le père d’Alphonse de Bourbon, Charles de Bourbon, avait épousé en 1901 la sœur aînée du Roi d’Espagne, Maria de las Mercedes de Bourbon, alors princesse des Asturies puisque son frère cadet, Alphonse XIII était encore sans enfant. Cette singularité tient au fait qu’Alphonse XIII était le fils posthume de son père Alphonse XII, mort en novembre 1885, et que sa mère, la Reine-régente Marie-Christine d’Autriche, mettra au monde en mai 1886.

Les Lois Fondamentales du Royaume d’Espagne autorisant l’accession d’une femme au Trône en cas d’absence d’héritier mâle, l’Infante Maria de las Mercedes d’Espagne fut princesse des Asturies en tant qu’héritière de la Couronne d’Espagne jusqu’à la naissance de son frère et demeura princesse des Asturies en tant qu’héritière présomptive de la Couronne d’Espagne jusqu’à sa mort en 1904, le premier enfant d’Alphonse XIII ne naissant qu’en 1907.

Dans l’hypothèse de la mort d’Alphonse XIII avant sa sœur (donc avant 1904) ou de l’absence d’enfants chez Alphonse XIII, les descendants de sa sœur et de son mari, Charles de Bourbon-Siciles, auraient légitimement reçus la Couronne d’Espagne. Ce qui les aurait déchus de la Couronne du royaume des Deux Siciles qui aurait été dévolue à la branche cadette du prince Rénier et à ses descendants.

Voilà l’objet de la controverse de dévolution que souleva le prince Rénier en 1960. Seulement, Maria de las Mercedes de Bourbon mourut avant son frère et Alphonse XIII eut dix enfants !

La déchéance de la branche aînée de Bourbon-Siciles, incarnée par le prince Alphonse, de la Couronne du royaume des Deux-Siciles au profit de celle du royaume d’Espagne à laquelle elle aurait accédé ne se réalisa pas faute de l’existence même des éléments la constituant et c’est donc à bon droit qu’Alphonse de Bourbon devint duc de Calabre, comte de Caserte et nouveau « Roi sans Couronne » du royaume des Deux-Siciles à la mort de son oncle en 1960. Il meurt en 1964, laissant son seul fils, Charles de Bourbon, duc de Calabre, comte de Caserte, succéder à la Couronne du royaume des Deux-Siciles. C’est ce prince qui vient de nous quitter hier à Retuerta del Bullaque en Espagne.

Né le 16 janvier 1938 à Lausanne, le prince Charles de Bourbon-Siciles est donc le fils d’Alphonse de Bourbon-Siciles, duc de Calabre et Infant d’Espagne (titre reçu d’Alphonse XIII en 1903), dont je viens de retracer la légitimité et d’Alice de Bourbon-Parme.

Alice de Bourbon-Parme est la fille du prince Elie de Bourbon-Parme et de l’archiduchesse Marie-Anne d’Autriche, princesse de Teschen. Toujours vivante, âgée de 98 ans, elle est donc la seule fille ayant donné une descendance au prince Elie, lui-même seul fils non atteint de handicap mental issu du premier mariage de Robert Ier, duc de Parme, de Plaisance et de Guastalla avec Maria-Pia de Bourbon-Siciles (sœur du roi François II du royaume des Deux-Siciles). Ainsi, le prince Charles de Bourbon-Siciles, duc de Calabre, comte de Caserte et Chef de droit de la branche aînée du royaume des Deux-Siciles, est aussi, par le sang, et après le Roi Siméon II de Bulgarie qui descend de la princesse Marie-Louise, le premier des Parme par ligne féminine.

En 1964, il reçoit de Don Juan d’Espagne, comte de Barcelone (grand-père de Philippe VI), l’Ordre de la Toison d’Or.

Le 12 mai 1965, il épouse la princesse Anne d’Orléans, 3ème fille du duc Henri d’Orléans (et sœur de l’actuel duc Henri d’Orléans). Leur fils, Pierre, duc de Noto,  Grand Maître de l’Ordre constantinien de Saint Georges, rassemble donc les sangs Siciles, Parme et Orléans, étonnant résumé de la Maison de Bourbon.

Successeur légitime et aîné de Ferdinand Pie de Bourbon-Siciles, comme je l’ai expliqué ci-dessus, il reçut, à la mort de son père la Grande maîtrise de l’Ordre sacré et militaire constantinien de Saint Georges. Cette grande maîtrise lui fut contestée dans le même cadre que l’aînesse par la branche cadette, mais un accord, visant à un rapprochement des deux têtes des deux branches de l’Ordre coexistant actuellement, a été signé le 25 janvier 2014 entre le duc de Noto, nouveau duc de Calabre, et le duc de Castro (chef de la branche cadette).

Les funérailles de Son Altesse Royale Monseigneur Charles de Bourbon-Siciles auront lieu jeudi 8 octobre 2015 à Madrid et, par décision de Sa Majesté Philippe VI d’Espagne, il sera inhumé à l’Escorial.

Franz de Burgos

NDLR : Louis XX et la Reine Marie-Marguerite seront présents aux obsèques de SAR Monseigneur le duc de Calabre. Et sur la page Facebook de Vexilla Galliae, vous pouvez retrouver la vidéo de l'arrivée du corps du prétendant au trône des Deux-Siciles, Charles de Bourbon-Siciles, au Monastère de l'Escorial pour les funérailles prévues demain 

Commentaires  

#1 PELLIER Dominique 07-10-2015 07:56
Assoxcions-nous au deuil de la famille royale des deux Siciles. Dieu l'assiste
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan