[Point de Vue] : Éducation nationale : nous sommes sauvés !

Quel plaisir, que dis-je quel bonheur, d’entendre ce matin pour bien démarrer la journée le nouveau ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer parler d’exemplarité et d’esprit constructif. Le bac va recouvrer ses lettres de noblesse, sa force initiale, on ne le distribuera plus dans une pochette surprise à tous les élèves, sachant ou non lire, ayant suivi ou non une scolarité régulière.

Cette épreuve pourtant décisive pour l’avenir vient donc d’échapper à la médiocrité, à la banalité, à l’égalitarisme à la baisse, dans lequel une certaine ancienne gardienne de chèvres, devenue par l’opération d’un mauvais esprit socialiste, ministre de l’Éducation nationale, voulait que chute ce ministère et qu’ainsi les élèves deviennent des petits moutons faciles à manipuler une fois adultes. On vient d’échapper au pire ! Plus exactement nos enfants viennent d’y échapper et l’avenir est de nouveau assuré avec la nomination d’un très brillant universitaire, dont le sourire et le discours séduisent.

Mais présentons ce nouveau ministre. Entre 1989 et 1991, Jean-Michel Blanquer est chercheur coopérant à l’Institut français d'études andines à Bogota en Colombie. Après son passage à l'université Harvard, il est attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Panthéon-Assas entre 1992 et 1994, puis maître de conférences en droit public à l’université François-Rabelais de Tours jusqu'en 1996 où il devient professeur de droit public à l’Institut d'études politiques de Lille.

En 1998, il est nommé directeur de l'Institut des hautes études de l'Amérique latine (IHEAL), et enseigne le droit constitutionnel, la théorie du droit et le droit communautaire à l'université Sorbonne-Nouvelle ainsi qu'à l'Institut d'études politiques de Paris. Il occupe ce poste jusqu'en 2004, année où il est nommé recteur de l'académie de la Guyane pour deux ans. En 2006, il est amené à occuper le poste de directeur adjoint du cabinet du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, poste qu'il quitte le 21 mars 2007 pour devenir recteur de l’académie de Créteil. Sous la direction de Jean-Michel Blanquer, cette académie deviendra un laboratoire où seront expérimentées différentes mesures comme les conventions d'éducation prioritaires avec Sciences Po, ou encore l'expérience de l'internat d'excellence de Sourdun qualifié d'« utopie éducative », qu'il est chargé de développer en France.

Tout à coup, à nouveau la fierté de se sentir Français et celle de croire à une nouvelle ère où l’éducation, base de tout apprentissage et d’une rentrée réussie dans la société, permettra à tous les enfants de devenir adultes, responsables et heureux de l’être. L’Education nationale reprend sa vraie place. Nous sommes sauvés !

Solange Strimon

Commentaires  

#12 solange strimon 10-06-2017 11:13
Citation en provenance du commentaire précédent de Jean-Yves Pons :
" Nous sommes sauvés ! " L'expression n'est pas trop forte lorsqu'on parle avec autant d'empathie de ce nouveau quinquennat...

Nous avons dit ce que nous pensions du précédent point de vue de Solange Strimon. Errare humanum est sed perseverare diabolicum, sera notre conclusion.


c'était de l'humour !
Citer
#11 solange strimon 31-05-2017 23:09
Citation en provenance du commentaire précédent de PELLIER :
Je ne me jetterai pas personnellement dans une espèce d'euphorie devant la nomination de ce ministre dont je ne veux toutefois pas nier les qualités et les capacités. Souhaitons seulement qu'il travaille bien !!!


Si on n'a pas l'espérance au cœur quand arrive un "nouveau", autant se pendre tout de suite avec une corde de soie. La précédente ministre n'avait (pauvre petite) aucune chance de réussir quoi que ce soit dans l'intérêt des élèves, mais lui, pourquoi pas !
Citer
#10 PELLIER 29-05-2017 08:10
Je ne me jetterai pas personnellement dans une espèce d'euphorie devant la nomination de ce ministre dont je ne veux toutefois pas nier les qualités et les capacités. Souhaitons seulement qu'il travaille bien !!!
Citer
#9 Georges TARTARET 28-05-2017 19:58
Mettre Jean-Michel Blanquer sur un piédestal me paraît très optimiste. Voyons déjà s'il ose abolir la méthode globale d'apprentissage de la lecture, toujours en vigueur dans 70% des écoles primaires. Giles de Robien avait eu le courage de s'y attaquer... mais les syndicats ont été plus malins que lui, et la méthode est toujours là, quoi qu'en disent ses partisans.
Citer
#8 bristiel 27-05-2017 12:28
OUI, la France est sauvée ......je ne veux m'exprimer par peur de représailles. mais enfin pouvoir reprendre le latin, le vrai français, et nos origine. VIVE LE ROI
Citer
#7 Jean-Yves Pons 25-05-2017 17:08
" Nous sommes sauvés ! " L'expression n'est pas trop forte lorsqu'on parle avec autant d'empathie de ce nouveau quinquennat...

Nous avons dit ce que nous pensions du précédent point de vue de Solange Strimon. Errare humanum est sed perseverare diabolicum, sera notre conclusion.
Citer
#6 Jean roger Devaux 24-05-2017 20:11
N'oublions pas cependant que ce ministre a devancé les directives ministérielles en ouvrant les portes de son académie à une association LGBT et mis en place un système de prime pour améliorer l'assiduité des élèves.
Citer
#5 solange strimon 24-05-2017 11:16
Citation en provenance du commentaire précédent de Essayan :
Peut être un gouvernement qui a pris l'importance du malaise Français et c'est tant mieux, je luis souhaite personnellement bon courage et bonne chance, et avec un cadeau quand il aura fait ses deux mandat se que je lui souhaite, rétablir une Monarchie constitutionnelle en France, quel jolie cadeau pour tirer sa révérence et combler se vide qui manque depuis plus de 200 ans.

Etant donné que c'est un professionnel (enfin !) bardé de diplômes et pourvu d'une certaine expérience, il peut réussir là où une ancienne gardienne de chèvres tenait les rênes de ce Ministère et n'avait évidemment aucune chance de réussir.
Citer
#4 Catoneo 24-05-2017 10:00
Rapprocher son cursus de celui de Mme Vallaud ne peut qu'enflammer l'enthousiasme.
Mais le mammouth a la peau très épaisse et ce sont ses capacités de dressage des espèces disparues qui marqueront son passage rue de Grenelle.
L'autonomisation des établissements est le début de la déconstruction du bunker !
Citer
#3 PELLIER 24-05-2017 08:11
Non! la monarchie en FRANCE ne doit pas être constitutionnel le, elle ne doit pas être le toutou des parlements, plutôt l'inverse!!!!!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement