Quand nos hommes font les courses… par Pauline Blanche


Toute femme mariée a certainement déjà fait l’expérience de la « créativité » masculine. Ou plutôt le côté aventurier, qui nous plaît habituellement quand cela concerne les cas extraordinaires, mais ici appliqué à l’ordinaire. Comment dire… Vous savez cette alliance du goût masculin – entendez le manque de goût -, l’esprit d’aventure et l’ordinaire – soit la situation où il ne faut pas tenter l’aventure justement. La virilité masculine trouve toute sa force quand elle se confronte à l’extraordinaire, à la résistance, à la compétition : là nos hommes conquièrent à tour de bras, nous protègent dans l’adversité, font montre de courage dans l’extraordinaire. Toute situation où nous autres mère de familles sommes bien démunies – et combien nous sommes heureuses de pouvoir compter sur le bras sûr de notre homme face à ces vagues extérieures !
Mais quand il s’agit de l’ordinaire du quotidien, de la stabilité du foyer, du train-train paisible et nécessaire dans lequel nos enfants grandissent, disons-le : ces messieurs sont bien démunis et ne font que des bêtises. Confiez votre mesnie une journée à votre homme, vous revenez et c’est la fête à la maison, toutes les petites règles et les bons rythmes longuement acquis au prix d’efforts constants et invisibles mis sans-dessus-dessous par la magie masculine aventurière en une parès-midi !
Autre exemple : si vous demandez à votre homme de faire des courses, donnez-lui une liste ! Sinon ce sera l’aventure, et pas pour le meilleur… L’homme laissé à lui-même serait capable de vous amener une tripe de veau agrémentée du rutabanga… allez cuisinez cela… parce que le premier « lui semblait bon » et le second « la vendeuse me l’a recommandé alors je n’ai pas pu dire non » (ça, ça nous énerve bien, 15 ans de mariage et un sourire suffit à rendre idiot ces têtes si pesamment remplies par ailleurs).
Même avec une liste, vous ne serez pas à l’abri de l’aventure : il suffit d’une denrée manquante pour qu’il vous réserve une bonne surprise – les enfants seront contents.
Après des années de pratique, votre homme aura peut-être le réflexe de ne pas prendre « trop original » le cas échéant, et encore…
Tout cela pour dire que l’on est bien content d’être homme et femme à sa place et dans ses qualités particulières : tout est ainsi plus facile, tout va mieux et l’harmonie obtenue par cette coopération nous rend invincible.
Alors vous savez quand on me parle d’égalité de sexe, je rigole. Alors rigolez aussi.
Pauline Blanche

Une pensée sur “Quand nos hommes font les courses… par Pauline Blanche

  • 7 novembre 2019 à 11:40
    Permalink

    Je crois que c’est Sylvie Vartan qui chantait : « On a toutes besoin d’un homme… »

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.