La révolution et le nationalisme en questions

 

En toute vérité, le nationalisme doit être reconnu comme une idée moderne. Il s’est en effet constitué insidieusement à partir du siècle des Lumières. Concrètement, le nationalisme peut se définir comme une doctrine accouplant unité politique et unité nationale. En France, le centralisme jacobin n’a eu de cesse de travailler à l’uniformisation, au détriment des particularismes provinciaux, us et coutumes. Un simple exemple parmi une multitude : le gouvernement républicain a longtemps interdit par la force de la loi aux parents bretons de donner un prénom breton à leurs enfants. Très récemment encore, différentes affaires de ce genre ont à nouveau surgi en France (1), comme si nous étions revenus dans la deuxième partie du XXème siècle.

 

Il convient en préalable de rappeler qu’à ses origines, la nation rassemble les membres d’une lignée. Par extension ou par simplification, la nation regroupe des gens aux ancêtres communs, ce qui signifie que les ascendants et les descendants ont le même sang. Toutefois, avec la victoire en France à partir de 1789 des idées révolutionnaires dans l’espace public (2), la nation a fini par désigner une collectivité, et non une communauté, regroupée autour et par un Etat. L’Etat-Nation était né. Ainsi, les révolutionnaires ont amalgamé, et non allié, sur le plan pratique leur idéologie théorique de l’Etat, de la nation, du peuple, et du peuple souverain, en éliminant les notions de patrie, pays, cité, famille. Ils ont imposé à l’Europe entière leur vision grâce aux victoires des armées républicaines et impériales, aidées dans cette entreprise de diffusion par les loges maçonniques. Il faut toujours garder à l’esprit le fait suivant : à chaque conquête d’une ville par les armées révolutionnaires, des loges étaient fondées…

 

De fait, assimiler l’Etat au peuple et à la nation, tout en précisant que la souveraineté ne s’incarnerait plus dans le Roi mais dans le peuple souverain, a en définitive permis de rendre légitime le pouvoir de l’Etat républicain. Le raisonnement – fallacieux ! – exprime la position suivante : le peuple souverain ne forme qu’un, donc sa légitimité de facto lui permet de s’auto-représenter et de diriger sa propre communauté de destin. Dans cette perspective révolutionnaire et résolument moderne, la nation se conçoit également comme le produit d’une éducation nationale, laquelle devient par une logique interne une éducation de et à la nation, à la citoyenneté, d’où l’école obligatoire, le service militaire obligatoire, etc. Ce programme a vu le jour par les armes et la propagande assassine du « peuple oppressé se libérant des chaînes imposées par la tyrannie » lui donna une grande ampleur.

 

Ouvrons une petite parenthèse : il est curieux et navrant, mais révélateur de l’état de confusion des idées aujourd’hui, de constater que les gens dits « de droite » défendent becs et ongles le service militaire et sa réintroduction dans la vie de la cité, quand on sait que la conscription reste une loi révolutionnaire : celle-ci a transformé l’armée de métier qui sous les Rois protégeait réellement le peuple, en une armée nationale, sous la Révolution puis la République. Précisons que c’est la levée en masse de 300 000 hommes qui marqua le départ des Guerres de Vendée… Ironie de l’histoire, les peuples de l’Ouest partirent en guerre contre la République car ils ne voulaient pas faire la guerre aux frontières (3).

 

D’après leurs dires, les révolutionnaires nationalistes travaillaient au bonheur des Français, comme ils le déclamaient avec des larmes de crocodiles à la tribune et dans leurs nombreuses publications. Pour l’accomplissement de cette utopie, l’Etat devait forcément être national, centralisateur et démocratique. Pour propager l’idéal humaniste, ils proclamaient la liberté de chacun et promettaient la redistribution équitable des richesses… après avoir purgé le peuple de ses « ennemis », spoliés dans un premier temps puis efficacement éliminés dans un deuxième. A l’aune de cette explication, tout le monde comprend mieux la devise : Liberté, Egalité, Fraternité. Ainsi, dans une optique d’endoctrinement politique, les révolutionnaires français ont déterminé que celui qui parlait français pouvait se considérer français, de même que celui qui adhérait à la matrice révolutionnaire devenait de facto français. Cela favorisait un recrutement assez aisé, en permettant au plus grand nombre de se réclamer de la « Grande Nation ».

 

Toutefois, certains ont considéré, à l’instar de Fichte, que l’appartenance à une nation reposait sur des critères objectifs. Cette appréciation entrait en totale opposition avec celle exprimée par Sieyès puis plus tard par Renan, qui voyaient la nation sous l’angle subjectif de la volonté personnelle ou collective : « je suis Français car je le veux » ou « vous êtes Français car nous le voulons ». Fichte définissait la nation allemande par l’esprit qui caractérisait son peuple, le Volksgeist : « un peuple, c’est l’ensemble des peuples qui vivent en commun à travers les âges et se perpétuent entre eux sans adultération, physiquement et moralement, selon des lois particulières au développement du divin » (4). Nonobstant cet intéressant propos qui renvoie aux lois immuables de la nature et donc de Dieu, Fichte pensait aussi, et en cela il rejoignait les nationalistes français, que l’esprit du peuple se retrouve à la fois dans la langue et la culture communes.

 

Cependant, cette volonté de régénérer la France par la langue se heurtait au mur de l’implacable réalité. En effet, au XVIIIème siècle, cette notion linguistique recouvrait une appréciation beaucoup moins linéaire qu’il n’y paraît. En dépit des articles 110 et 111 de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts qui imposaient l’usage du français dans les documents officiels, à la veille de la Révolution, la majorité de la population française ne parlait pas le français dont usaient la cour, le Parlement de Paris, et même les Parlements locaux. De la sorte, il n’est guère surprenant de lire qu’en 1790, l’Assemblée Nationale commença par faire traduire dans toutes les langues régionales les lois et décrets, avant d’abandonner ce projet trop coûteux et également trop chronophage (5). Cela signifie sans aucun doute possible que le sentiment d’appartenance à la France – avant l’assassinat du 21 janvier 1793 qui marque la fin de la royauté – ne se manifestait pas par la pratique et la maîtrise d’une langue commune. N’oublions pas que le roi s’adressait à « ses peuples » et non à son peuple de France. La nuance relève ici de la plus haute importance. Il y a toujours eu diversité dans notre pays. Au niveau culturel, il existait une réelle variété au sein de chacune des provinces du Royaume, et même de chaque ville et de chaque pays, comme en témoignent encore de nos jours les nombreuses fêtes médiévales qui ont perduré ou qui ressurgissent ici ou là. Là encore, les principes édictés sur la feuille blanche par une raison prisonnière de ses fantasmes se dissipent comme fumée face au réel.

 

La révolution en France – mouvement très complexe et passionnant à étudier, car il est l’addition et la multiplication de nombreux facteurs (économiques, sociaux, politiques, culturels, religieux, philosophiques) – fut une bataille remportée par la bourgeoisie. Certes, le pouvoir de Louis XVI fut ébranlé par une crise économique, ou plus précisément par l’incapacité à sortir de la spirale de la dette. S’en est suivie une sérieuse crise fiscale – quels impôts ? payés par qui ? calculés et payés comment ? – venue se greffer sur deux vieux conflits politiques : l’accès aux emplois sans condition de naissance, et la participation active du Parlement de Paris à la conduite des affaires du royaume. Le Tiers-Etat et la Bourgeoisie souffraient d’être mis à l’écart, tout en se voyant refuser des postes gouvernementaux ou militaires en raison du seul critère de la naissance, et souvent au mépris des qualités réelles des postulants. De plus, le Parlement de Paris n’entendait plus être cantonné à un rôle subalterne : celui d’une simple chambre d’enregistrement.

 

La bourgeoisie a toujours eu le contrôle du mouvement révolutionnaire, même si celui-ci a pris forme dans des milieux et expressions extrêmement divers, des Girondins aux Montagnards, des Enragés aux Feuillants, des Monarchiens aux Libéraux… Une fois qu’elle eut gagné la bataille politique, après de nombreuses et sanglantes péripéties, tout en stabilisant son pouvoir par la conquête des esprits (et des cœurs ?), elle a réussi à imposer son idée-phare au fils des années : la nation est un territoire déterminé avec une taille et une population suffisantes pour constituer un marché adapté aux besoins de son économie. Depuis plusieurs décennies, cette vision bassement matérielle et strictement matérialiste (6), loin d’être remise en cause, se voit en fin de compte poussée à son paroxysme : comme les marchés nationaux deviennent trop petits, ils s’entendent désormais pour œuvrer à un grand marché mondial en anéantissant les particularismes locaux et la culture locale, pour se retrouver face à des millions (milliards ?) de producteurs et consommateurs décérébrés et sans identité, achetant sans cesse des nouveaux produits – dont la plupart leur est inutile – grâce à la magie du marketing et des médias. La logique mercantile se veut imparable : plus les marchés sont grands, plus les profits seront colossaux et plus les gens s’illusionneront sur leur prétendu bonheur alors que leur vie est vide de sens…

 

De fait, la grille de lecture suivante ne doit pas être complètement ignorée : la révolution en France a surtout vu l’affrontement de ceux qui voulaient la constituer en instrument de la domination bourgeoise, contre ceux qui rêvaient d’en faire un outil d’émancipation et de révolution. Rares étaient ceux voulant combiner les deux.  A bien y regarder et avec le recul des années dont nous disposons, nous pouvons dire que les deux camps ont finalement gagné. La logique du marché l’emporte aujourd’hui presque tout le temps sur toutes les autres considérations (éthique, morale, beau, vrai, juste). L’esprit d’émancipation et de la tabula rasa touche pareillement et sans exclusive l’ensemble des couches de la société – pour leur plus grand malheur. Précisons que la France est l’un des pays au monde où l’on consomme le plus d’anti-dépresseurs…

 

A bien y réfléchir, le nationalisme a servi d’alibi ou d’allié au capitalisme. Dès le début du XIXème siècle, la bourgeoisie avait remporté la partie en mettant hors de combat la noblesse, les cléricaux et les défenseurs authentiques du peuple. Elle a vu dans le nationalisme un outil permettant d’adapter la société agricole à la société industrielle naissante. Cette dernière, motivée par l’impératif de produire (produire plus, pour gagner plus, cela ne vous rappelle rien ?) afin d’accumuler des richesses, devait faire reposer son dessein sur deux constantes structurelles : mobilité et efficacité opérationnelle. Par conséquent, ces exigences allaient impérativement de pair avec la rationalisation de la production, comprendre organisation et division du travail. Charlie Chaplin en son temps avait démontré l’absurdité déshumanisante du travail à la chaîne, avec ses cadences imposées par le progrès de l’industrialisation (7).

 

Non moins logiquement, la maîtrise d’une même langue pour se faire comprendre, et travailler le plus efficacement possible (avec comme unique objectif les meilleurs rendements possibles), relevait d’un impératif majeur. Subséquemment, imaginons une chaîne de production ou l’un parle le provençal, l’autre le breton et le dernier le picard. Le travail serait irréalisable ou en tous les cas peu efficace. C’est en ce sens qu’il faut entendre le labeur du ministère, qu’il soit « de l’Education nationale » ou « de l’Instruction publique », il reste un Miniver (8) : la société moderne reposant sur l’industrie a établi sa domination grâce à un système scolaire diffusant une culture homogène très souvent de bas niveau, et favorisant l’apprentissage d’une langue commune.

 

Aujourd’hui, ce projet se fracasse contre différents écueils : baisse dramatique du niveau scolaire en orthographe, en mathématiques, et en simple et solide bon sens, mauvaises méthodes pédagogiques, défaillance dans le recrutement et la formation des enseignants, population immigrée trop importante pour être assimilée via un creuset républicain en banqueroute, crise économique majeure masquée par les différentes politiques de relance de la Banque Centrale Européenne.

 

En définitive, le nationalisme, vu comme un phénomène politique par la majorité des acteurs et des observateurs politiques, doit être également et naturellement considéré comme un phénomène économique (voire culturel) de premier ordre. En l’étudiant très sérieusement, nous relevons que le nationalisme apparaît à un tournant historique où la société agraire s’est transformée en une société industrielle. De même, les nationalismes allemands et italiens du siècle dernier ont en particulier bâti leur succès sur cette capacité à utiliser les moyens de production pour redonner du travail aux masses laborieuses. Résultat : ils ont obtenu de réels succès… économiques !

 

Ne feignons pas la stupéfaction de voir l’Etat républicain combattre l’école libre ou indépendante : il ne peut bien évidemment pas supporter de voir des jeunes enfants échapper à l’embrigadement étatique. De fait, pour assurer des cours communs à grande échelle, il faut disposer de moyens importants et d’une légitimité couplée à une autorité. Seul l’Etat combine ces deux prérogatives. Effectivement, depuis l’émergence de l’Etat-Nation, ce dernier reste la seule organisation autorisée à ses yeux pour organiser la vie de la société, étant donné que le service rendu par l’Eglise en matière d’éducation et d’unité populaire a été rejeté et combattu, sans jamais être totalement remplacé. Les différentes spoliations – reposant sur le décret des biens du clergé mis à la disposition de la Nation du  2 novembre 1789, la Constitution civile du Clergé du 12 juillet 1790, la Querelle des inventaires suite à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905 – ont certainement contribué à l’affaiblissement de l’Eglise dans l’espace public, voire à sa quasi-disparition que nous constatons de nos jours.

 

La destruction des corps intermédiaires a aussi participé à cette odieuse uniformisation de la société voulue par les nationalistes révolutionnaires. Citons Le Chapelier, défenseur de la loi portant son nom (promulguée le 14 juin 1791), qui a écrit : « Il n’y a plus de corporation dans l’état ; il n’y a plus que l’intérêt particulier de chaque individu et l’intérêt général. Il n’est permis à personne d’inspirer aux citoyens un intérêt intermédiaire, de les séparer de la chose publique par un esprit de corporation. » Pour Karl Marx, cette loi interdisant aux ouvriers de se regrouper était un véritable « coup d’état des bourgeois » (9). La boucle était dès lors parfaitement bouclée.

 

Autrefois, le roi et la religion étaient les principaux facteurs d’unité du royaume. On pouvait être sujet du roi de France, sans avoir une seule goutte de sang français : Mazarin reste à ce jour l’un des plus grands serviteurs de la Couronne alors qu’il n’était pas « français ». La Révolution a jeté tout cela aux orties. Une fois arrivés au pouvoir, les révolutionnaires comprirent très rapidement que le peuple avait besoin de cérémonies officielles pour vivre pleinement l’unité de la nation, et donc du nationalisme.

 

Dès son émergence, le nationalisme fut assimilé à une forme de religion laïque usant et abusant de rituels et de pratiques collectives singeant les cérémonies catholiques d’antan. Rappelons que la fête de l’Etre suprême, célébrée le 20 prairial an II (8 juin 1794), fut la manifestation nationaliste, mystique, morale et civique que Maximilien de Robespierre envisageait pour l’avenir, et surtout comme condition fondatrice de la paix et du bonheur. Certains l’oublient trop souvent, mais la référence à l’Etre suprême figure dans le préambule de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, pilier du système juridique, politique et social républicain : « L’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen. » De nos jours, le 14 juillet et l’élection présidentielle restent les représentations les plus caricaturales et outrancières de ce nationalisme révolutionnaire qui commence à craqueler de toutes parts…

 

 

 

Franck ABED

 

 

 

(1) Il y a quelques mois, la justice interdisait à des parents bretons de prénommer leur enfant Fañch. Récemment c’est un petit Derc’hen qui se trouve dans le même cas. L’apostrophe ne semblait pas plaire au Procureur de la République…

 

(2) Espace public, par Jürgen Habermas

 

(3) Nouvelle histoire des Guerres de Vendée, par Jean-Joël Brégeon et Gérard Guicheteau

 

(4) Discours à la nation allemande, par Johann Gottlieb Fichte

 

(5) Histoire du Français, par Jacques Leclerc

 

(6) Le Mondialisme, par l’auteur de cet article

 

(7) Les Temps Modernes est une comédie dramatique américaine de Charlie Chaplin, sortie en 1936. Il s’agit du dernier film muet de son auteur, et du dernier qui présente le personnage de Charlot, qui lutte pour survivre dans le monde industrialisé.

 

(8) Dans le roman 1984 de George Orwell, le Miniver est le Ministère de la Vérité (le nom est la contraction de la fonction ; en version originale, sous le nom de Minitrue pour Ministry of Truth).

 

(9) Le Capital, par Marx et Engels

3 pensées sur “La révolution et le nationalisme en questions

  • 22 octobre 2019 à 08:49
    Permalink

    Excellent article, combien vrai ! En fait, comme on dit, la seule liberté, la seule égalité et la seule fraternité n’existe qu’en et et par Dieu seul. La FRANCE, c’est toutes Ses régions, Ses langages qui font Sa particularité, Ses régions qui ajoutées les unes aux autres, forment Son unité, Sa grandeur, Sa beauté unique au monde. Comme l' »Europe », ce sont toutes les nations qui la composent. Aussi suis-je d’abord français, avant d’être européen et géographiquement européen !!!!

    Répondre
  • 23 octobre 2019 à 12:53
    Permalink

    Bonjour à toutes et tous. Ainsi que chacun a pu le constater, les régions ont été récemment redécoupées. Cela ne manque pas d’intérêt quant à comprendre le processus en cours. J’habitais la région Rhône Alpes. Analysons : le Rhône, mis à part les monts du lyonnais et du beaujolais, de faible altitude, est une contrée assez plate. Alpes ? N’est-ce pas cette chaine de montagne qui n’est pas loin de culminer à cinq kilomètres ? Où donc se trouve le rapport entre Rhône et Alpes ? Mais les Alpes, lesquelles ? Et seule n’a été prise en compte que la géographie physique. On croyait le summum de la bêtise atteint. Tel n’est pas le cas : voici advenue la région Rhône – Alpes – Auvergne. Il va de soi que l’analyse peut et doit être effectuée pour les autres « régions ». Nous voici donc enrôlé dans une dynamique qui, environ trente-cinq ans après la loi « décentralisation », nous mène, petit à petit, vers la Montagne, cette fois ci au sens politique du terme.

    Bien à vous.

    Répondre
  • 12 novembre 2019 à 09:59
    Permalink

    Cet article, bien dans la logique de M. Abed, méconnaît la dynamique des concepts. Il est exact que le nationalisme dans les années 1800-1870, va de pair avec les Lumières et la révolution. Cependant il va se heurter à cet héritage après la guerre de 1870, car la république va se fonder sur le kantisme, incompatible avec le holisme implicite dans le nationalisme. Il y eut donc une volte face du nationalisme à partir du troisième tiers du XIX° siècle.
    D’autre part, il est faux d’attribuer au jacobinisme la totalité du centralisme. En fait, tout Etat est naturellement centralisateur, de l’Athènes du V° siècle avant JC à Richelieu et même Louis XVI. Bodin, Tocqueville, Jouvenel l’ont démontré. Simplement la monarchie permet le maintien d’une résistance organique, une tension propre à l’Ancien Régime qui permet en même temps de rester dévoué à la souveraineté royale et de lui résister. La république au contraire s’attache à dissoudre ces organes.
    Bref, un peu de nuances ne messiérait pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.