États-Unis. Le « droit à l’avortement » revendiqué comme… un « droit religieux » par les satanistes !

Dans un article récent du Dallas Observer, on peut lire que le temple satanique du Texas a intenté un procès à l’État américain en vue de faire reconnaître leur droit à pratiquer l’avortement, en tant que « rituel religieux ».

Les satanistes nous réservent toujours de curieuses surprises. Au Texas, les adeptes du démon estiment que pratiquer l’avortement doit être leur droit, au nom de la loi sur la liberté religieuse. En effet, ils estiment avoir toute légitimité à pratiquer, lors de leurs messes noires,  des interruptions volontaires de grossesse sur les jeunes femmes adeptes et volontaires, pour complaire à leur maître Satan, réduire la population de la planète, sauver le climat et autres billevesées démoniaques.

Pour eux, l’avortement est un « droit religieux », au même titre que la sainte Communion ou le Baptême pour les chrétiens.

Voici leur rituel :

« Avant le début de l’avortement, la jeune femme enceinte membre du temple satanique entre en réflexion, se souvient de sa personnalité et de sa propre responsabilité, prend plusieurs grandes respirations, se concentre sur ses intentions et  s’installe confortablement. Une fois prête, elle réaffirme les troisième et cinquième principes du temple satanique à haute voix :

Troisième principe : notre corps est inviolable, uniquement sujet à notre propre volonté.

Cinquième principe : Nos croyances se conforment à la meilleure avancée scientifique. Il faut veiller à ne jamais déformer les faits scientifiques en fonction des croyances.

S’il s’agit d’un avortement pratiqué chirurgicalement, la femme adepte dira ces paroles avant de recevoir l’anesthésie ou la sédation. Ensuite, elle redira ces paroles affirmatives : « Par mon corps, mon sang. Par ma volonté, cela est accompli. »

Aux États-Unis, le temple satanique est extrêmement impliqué dans les campagnes pro-avortement et a déjà intenté un procès à l’état du Missouri pour faire reconnaître l’avortement comme un « droit religieux ».

Rédaction Nous sommes partout

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.