Louis XX dans le tumulte médiocre des élections

 

C’est reparti, l’infernale farce des élections arrive ! Il est grand temps que la France se rassemble et se libère de la médiocrité actuelle. Nul n’est besoin de prêcher, alors je résumerai cela laconiquement : vive le roi !

Nous pensons, et cela se diffuse peu à peu, que le Prince qui est l’héritier des rois de France est Louis, duc d’Anjou, de iure Louis XX… mais le connaît-on vraiment ? Puisque vous recevrez bientôt les professions de foi de chaque candidat, voici un portrait de celui qui incarne le mystère français. Ce n’est pas une profession de foi puisque la royauté est une forme de gouvernement et non une pensée politique, tout comme l’est originellement la république.

Louis XX est né le 25 avril 1974 à Madrid. Dès sa naissance, il reçoit le prédicat d’Altesse Royale étant un arrière-petit-fils du Roi exilé Alphonse XIII (notre Alphonse Ier). En tant que Bourbon, il n’est pas difficile d’expliquer son prénom de Louis ni celui d’Alphonse, traditionnel en Espagne et porté par son père notamment. Ces autres prénoms sont Gonzalve (prénom de son oncle paternel), Victor, Emmanuel (prénom éminemment christique qui vient de la famille de sa grand-mère paternelle) et enfin Marc, évangéliste fêté le jour de sa naissance. Cousin du Roi d’Espagne, il n’est plus considéré comme Altesse Royale en Espagne depuis 1987 car le Roi Jean-Charles n’a pas approuvé cette décision de Franco. Il faut en effet avouer que ce prédicat d’altesse Royale n’est pas attribué aux arrière-petits-enfants de rois et que le père du jeune Louis est l’époux de la petite-fille du Généralissime.

Il est ainsi le second fils du duc de Cadix et de son épouse, alors Dauphin de Viennois (on dit plus couramment Dauphin de France). Son grand frère est François d’Assise et ce dernier est alors appelé à devenir le futur roi de France. Hélas, le sort va en décider autrement.

Baptisé le 3 mai 1974 dans le Palais du Pardo, son parrain est son grand-père paternel le Roi Henri VI et sa marraine son arrière-grand-mère maternelle, la femme de Francisco Franco. Sa jeunesse est marquée par la perte dramatique de son frère le 7 février 1984, deux jours après un accident de la route dans lequel lui et son père sont blessés. Cette douleur s’ajoute à la déchirure familiale puisque ses parents sont séparés depuis 1979 et avaient divorcé en 1983 en attendant l’annulation du mariage qui viendra en 1986. Celui qui alors duc de Touraine est titré par son père duc de Bourbon le 27 septembre 1984.

Proche de sa grand-mère paternelle, Emmanuelle de Dampierre, Reine douairière, le Dauphin Louis passe son Baccalauréat à Madrid dans le lycée français puis obtient un Master en Finances. Entre temps, il est devenu très tôt Roi puisque son père se tue aux États-Unis sur une piste de ski. C’est donc lui qui avec sa grand-mère est présent pour le bicentenaire de la mort de Louis XVI que le comité lancé par Jean Raspail avait voulu honorer. C’est quelques années plus tard qu’il rencontre sa future épouse. Il travaille d’abord pour BNP Paribas en Espagne puis rejoint la banque de son beau-père à Caracas. Sa femme, née Maria Margarita Vargas Santaella, est en effet vénézuélienne et est issue d’une famille très aisée. Son parcours et ses drames personnels la rapprochent de Louis. Il se marient en République dominicaine le 6 novembre 2004 et le mariage sera suivi en Espagne. Le couple s’installe aux États-Unis avant de revenir plus tard à Madrid. De leur union sont nés :

Eugénie, Madame, Fille de France, née le 5 mars 2007 à Miami ;

Louis, Dauphin de France, duc de Bourgogne, né le 28 mai 2010 à New York ;

Alphonse, Fils de France, duc de Berry, jumeau du précédent.

Sportif assez complet, Louis XX pratique autant le marathon que la régate ou le polo. Sa femme pratique d’ailleurs l’équitation. La famille royale ne vit pas en France car elle ne règne pas de fait mais Louis XX y multiplie les déplacements. Si l’on peut regretter que Louis XX ne soit pas reconnu comme Altesse Royale en Espagne, cela a au moins le mérite de faciliter la différenciation entre les deux Couronnes, problème qui avait participé à la traversée du désert du légitimisme. Enfin, si la question de la nationalité ne se posait évidemment pas lors de la renonciation de Philippe V d’Espagne, Louis XX est français par sa mère. Par ailleurs, rappelons ici que le recours à la branche de Philippe V était alors hautement improbable, ainsi la renonciation était un arrangement politique dont beaucoup voyaient déjà la non-validité mais qui satisfaisait les parties et mettait fin à la guerre.

Ce Prince, dont les Français savent peu de chose, est un homme assurément moderne : banquier, père de famille, et héritier des rois. Lui et sa famille illustrent le fait que la Tradition n’est pas un musée mais bien une chose vivante et incarnée. Qu’en ces jours de campagne, nous nous souvenions de notre rôle de légitimistes : semer les graines de la restauration, avec nos talents et à notre mesure.

Charles d’Antioche

 

P. S : Pour ceux qui veulent en savoir plus sur notre Roi, je conseille vivement l’excellent livre de notre contributeur Daniel de Montplaisir : Louis XX, petit-fils du roi soleil aux éditions Jacob-Duvernet, ainsi que les Princes cachés par Jacques Bernot aux éditions Lanore-histoire

Titulature chronologique de Louis XX :

25 avril 1974-18 septembre 1981 : Son Altesse Royale le prince Louis de Bourbon

19 septembre 1981-6 février 1984 : Son Altesse Royale le duc de Touraine

7 février 1984-29 janvier 1989 : Son Altesse Royale le Dauphin de France, duc de Bourbon (dès le 27 septembre 1984)

Depuis le 30 janvier 1989 :  Sa Majesté Très-Chrétienne le roi Louis

Louis XX a le titre d’Excellence en Espagne et est Bailli Grand-Croix de l’Ordre de Malte depuis 2000 mais aussi membre de la société des Cincinnati. Il utilise le titre de courtoisie de Duc d’Anjou.

Commentaires  

#13 NOEL Hugues 27-03-2017 10:40
Je me réfère au dernier commentaire de Sigismond: "ce genre de légitimistes éternels insatisfaits". Je ne pense pas l'être...Je fais confiance en la sagesse du Prince. Mais il est évident qu'un jour, lorsque le moment opportun sera arrivé -et peut-être plus tôt que l'on ne pense- il deviendrait anormal qu'il reste (ou "qu'il restât!) en Espagne.
Les événements chaotiques se bousculent actuellement... L'arrivée du Prince en France, certes pas immédiatement, appelé par l'espérance, pas nécessairement clairement exprimée, d'un peuple sans boussole, deviendra l'événement symbolique unificateur le plus important du retour de la France dans la grande Histoire mondiale...C'es t mon espérance.
Citer
#12 PELLIER Dominique 27-03-2017 08:17
Encore une fois, est-il utile de se demander qui doit ceindre la couronne de FRANCE ??? de se perdre dans des batailles stériles, inutiles , qui retardent l'avènement de notre Roi ????
Réfléchissons aux moyens de réaliser notre désir, dans la paix, sans violence, sans verser de sang. NOUS PERDONS UN TEMPS PRECIEUX !!!!!!
Citer
#11 BienCommun 26-03-2017 19:30
Il faut effectivement le faire connaître, nous en avons besoin, nous nous remettons à lui.
Pourquoi ne pas communiquer plus souvent au niveau national?
Il existe des structures qui sont derrières lui (dont ce site est un très bon exemple), il faudrait les développer et qu'elles portent plus souvent la pensée royale auprès des français qui ne demandent qu'à connaître leur Roy.
Citer
#10 Sigismond 24-03-2017 08:26
Citation en provenance du commentaire précédent de NOEL Hugues :
dès que possible, lui-même et sa famille auraient intérêt à élire leur résidence principale en France. Une résidence évidemment digne de son rang..Ce changement d'adresse impulserait une énergie et un enthousiasme supplémentaires

Il faut tout de même se rendre compte que notre Prince actuel est plus souvent présent en France que tous ses prédécesseurs depuis 1830, excepté son grand-père, de vénérée mémoire. Je ne comprendrai jamais ce genre de légitimistes éternels insatisfaits que l'on rencontre parfois (je ne dis pas cela pour vous). Nous avons une chance inouïe d'avoir le duc d'Anjou actuel, qui au-delà de son charisme personnel, a une audience jamais observée depuis juillet 1830. Même son père n'avait pas été bailli grand-croix de Malte. Quant à nos Princes d'avant 1975, ils n'ont jamais siégé aux Cincinnati. Nous souhaitons tous et toutes que la famille royale (le Prince, son épouse, ses enfants et sa tante paternelle, car inutile d'espérer les duchesses de Badajoz et de Soria, et encore moins leurs frère et belle-sœur...) s'installe en France (comme l'avait fait son aïeul). Mais Monseigneur dans sa sagesse coutumière (héritée de son très regretté père) attend que toutes les conditions soient réunies pour ce faire. Rappelons aussi que Madame est devenue la marraine d'un régiment français, et que Monseigneur est lieutenant de vaisseau de la marine française, pour ceux qui se plaignent que la famille royale ne s'implique pas auprès de nos armées !
Citer
#9 Lizot 23-03-2017 20:19
Je suis tout à fait d'accord avec Noël Hugues c'est comme ça qu'il faudrait faire mais le plus difficile est de trouver des personnes motivées qui veulent bien s'investir dans la même ville et j'ai été moi-même confrontée à certaines frilosité
Vive le Roi LouisXX
Citer
#8 NOEL Hugues 23-03-2017 09:16
Je crois que Sigismond a raison dans son apologie du Prince qui veut servir son pays. Il me semble aussi que, dès que possible, lui-même et sa famille auraient intérêt à élire leur résidence principale en France. Une résidence évidemment digne de son rang..Ce changement d'adresse impulserait une énergie et un enthousiasme supplémentaires à tous ceux qui, dans leur coeur, se considèrent comme les loyaux sujets de leur futur Souverain. Ils pourraient plus facilement lui manifester leur respect à certaines occasions symboliques qui ne passeraient pas inaperçues des médias!.
Citer
#7 Sigismond 19-03-2017 14:13
Citation en provenance du commentaire précédent de SAINT MARTIN Lousis :
un prince certainement mal conseillé.
son "tropisme" espagnol :
études en Espagne, mariage avec une Vénézuélienne, enfants nés hors du sol de la patrie de leurs aïeux, Bourbons résidences toujours hors de France.
études de gestion pour faire carrière dans une banque (...)

Absolument pas d'accord.
Si l'on compare Monseigneur avec tous ses prédécesseurs depuis 1830, et même depuis 1824, Louis XX est sans nul doute celui qui a le plus amplement et majestueusement incarné la France. Rappelons-nous : Charles X, qui non seulement abdique mais vole la succession à son fils pour la donner à son petit-fils ; Louis XIX qui prend sa légitime place du bout des lèvres en 1836, en refusant par avance de régner de facto ; Henri V, alias "après moi le déluge", qui refuse toujours de déclarer haut et fort et expressément, que nul autre que le comte de Montizon est son successeur légitime ; Jean III, qui veut faire acte de roi en 1883, mais cède à la pression de la comtesse de Chambord qui craint qu'il fasse un discours libéral ; Charles XI, trop tourné vers l'Espagne ; etc...
Louis XX lui, qui a en plus choisi la plus belle des reines (Leurs Majestés formant un couple très médiatique, ce qui est primordial à notre époque où l'image a tant d'importance), Louis XX a une aura à nulle autre pareille et sait comme on dit, mener sa barque avec une grande sagesse. Il a donné de beaux titres à ses fils, et il est de plus en plus présent parmi les Français, comme le furent ses grands-parents paternels chacun à leur tour. Je ne répondrai pas point par point car il y aurait trop à dire. Vivent Louis XX et Marie-Marguerit e, dignes successeurs de Madame et de Monseigneur le duc et la duchesse d'Anjou et de Ségovie !
Citer
#6 Charles dAntioche 18-03-2017 10:37
Citation en provenance du commentaire précédent de Legitimiste :
Superbe article. Juste une petite correction, il est français par son père (et non sa mère). Son père étant lui français par sa mère née Dampierre.


En effet, il est français par la mère de son père...Mea culpa !
Citer
#5 SAINT MARTIN Lousis 17-03-2017 23:17
Hormis l'erreur sur la nationalité française du prince, hormis aussi cette obstination à le présenter comme "héritier" et non comme "successeur" des rois de France, nuance importante sur laquelle je me suis déjà longuement exprimé, on peut regretter deux choses dans le parcours d'un prince certainement mal conseillé et tout aussi probablement absolument convaincu qu'il ne règnerait jamais.
La première de ces choses, c'est ce qu'on pourrait appeler son "tropisme" espagnol :
- études en Espagne, mariage avec une Vénézuélienne, enfants nés hors du sol de la patrie de leurs aïeux, Bourbons résidences toujours hors de France.
La deuxième concerne ses études : quand on est destiné à régner parce qu'on est un prince français, on ne fait des études de gestion pour faire carrière dans une banque, comme un quelconque fils Rothschild.
Troisièmement. Un prince français, même s'il a peu de chances de régner, doit servir son pays : la meilleure façon de le faire est de choisir une des deux carrières appelées "sacrificielles " : la prêtrise étant exclue puisqu'il faut assurer la lignée, on fait Saint-Cyr ou l'Ecole de l'Air ou Naval et on sert sous les armes de sa patrie.
Je regrette de le dire, mais le Légitimiste que je suis, parce qu'il est légitimiste justement, est désolé de constater que la carrière de notre éventuel futur Roi, ressemble plus à celle de Macron qu'à celle de saint Louis....né le même jour que Louis XX.
Quant à l'appartenance aux Cincinatti, je la trouve très bivalente si on considère les racines maçonniques et anti-royalistes de ce genre d'institution américaine.
Il faut choisir dans la vie : ou incarner un principe et faire tout ce qui est nécessaire pour en être digne, ou faire carrière comme un bon bourgeois.
Que Dieu protège et éclaire le Roi.
Citer
#4 Legitimiste 16-03-2017 12:24
Superbe article. Juste une petite correction, il est français par son père (et non sa mère). Son père étant lui français par sa mère née Dampierre.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement