L’espérance

Que des feuilles mortes jonchant le sol
D’un songe reverdies et envolées,
Que les voici emportées par un vol
De colombes comme brins d’olivier,

Que de les voir belles qui caracolent
D’un nouvel espoir jamais éprouvé,
Que les voilà sans nul besoin de colle
De cent façons aux branches assemblées,

Ainsi pourrait se dire l’espérance,
Constante et inépuisable rivière
Prenant sa source au pays de l’enfance,

Ainsi perdurerait lueur intense,
Constante et  perpétuelle lumière
Prenant au ciel l’éternelle brillance.

Jean de Baulhoo
Livret de poésie de France 2012

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement