Je me méfie des juges. Tu leur donnes un doigt, ils te prennent le bras

Je me méfie des juges. Tu leur donnes un doigt, ils te prennent le bras. Un juge est un censeur. Une loi de cheval, transmise aux prétoires, deviendra une loi de dromadaire. Passée entre les mains des magistrats et de leur jurisprudence de demiurges, elle n’est plus reconnaissable…

Raymond Marcellin, cité par Philippe de Villiers, Le moment est venu de dire ce que j'ai vu, 2015.

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement