Les groupes les plus petits battent souvent les plus grands en démocratie...

 Comme les groupes relativement petits sont fréquemment capables de s'organiser sur une base du volontariat et d'agir en conformité avec leurs intérêts communs et que les grands groupes ne sont pas dans l'ensemble en mesure d'y parvenir, l'issue du combat politique qui oppose les groupes rivaux n'est pas symétrique... Les groupes les plus petits réussissent souvent à battre les plus grands qui, dans une démocratie, seraient naturellement censés l'emporter.

 Mancur Olson, Logique de l'action collective, 1965

 Traduit en français par l'auteur

Commentaires  

#1 Chantal de Thoury 27-12-2015 09:32
C'est le meilleur argument qui doit toujours être celui des royalistes pour défendre la démocratie par le biais des corps sociaux.
Cette démocratie vertueuse est de plus, souple car adaptable aussi bien géographiquemen t que au regard de l'évolution des corps sociaux eux même qui savent s'adapter aux changements indépendants de leur volonté.
Dans ce contexte le Roi peut y exercer pleinement et vertueusement ses fonctions régaliennes de Justice et de sécurité et de souveraineté de son Pays pour le Bien de tous en laissant à ses peuples le soin de gérer les affaires courantes des différentes provinces grâce aux assemblées dont les représentants sont élus à l'intérieur de leurs corps sociaux.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement